30 juin 2016

Le Revolver de Maigret

Simenon, Georges

le revolver de simenon

Bien que je considère que la série des Maigret soit moins prenante que la série des « romans durs », il n’en demeure pas moins que les personnages sont aussi à découvrir. Ce sont des gens ordinaires qui nous ressemblent, qui vivent leur petite vie tranquille, qui connaissent des hauts et des bas comme tout un chacun. Mais tout à coup, sans qu’ils l’aient recherché, leur vie bascule.
Ici, il est question d’un jeune homme qui cherche à innocenter son père soupçonné de meurtre. À lire avec en tête les intrigues d’Agatha Christie qui, à mon humble avis, sont beaucoup moins intéressantes.
Les premières lignes… « Quand, plus tard, Maigret penserait à cette enquête-là, ce serait toujours comme à quelque chose d’un peu anormal, s’associant dans son esprit à ces maladies qui ne se déclarent pas franchement, mais commencent par des malaises vagues, des pincements, des symptômes trop bénins pour qu’on accepte d’y prêter attention… »

Aussi dans Tout Simenon 6 (Éditions Omnibus, 2002), 862 pages.

Membre : Saint-Jean-sur-Richelieu

Simenon, Georges. Le Revolver de Maigret, Éditions Presses de la Cité, 1952, 103 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*