18 jan 2013

Le Reflet de la glace

Drolet, Geneviève

Autre samedi popotin à lire un roman québécois. Cette fois-ci, j’ai attaqué Le Reflet de la glace de Geneviève Drolet, l’équilibriste et bête de cirque. Dur, direct, sombre, autour du sexe, de l’amitié, de l’amour et de la mort. La part maudite au complet en 160 pages.
Une jeune fille perd ses parents, emportés avec leur motoneige dans l’eau glacée de la rivière. Recueillie par sa jeune tante, elle découvre lentement la sexualité, disons par une sorte de mimétisme sonore. Une sexualité teintée de morbidité, de culpabilité et de sado-masochisme. En amour avec l’Un (L’Amoureux), elle couche avec l’Autre, le Voisin, l’ami de l’Un. Ils font toutes sortes de trucs que je ne décrirai pas ici, me sachant aussi lu par de jeunes âmes sensibles. Tous les personnages qui l’approchent finissent par toucher la mort. Vous avez détesté Cinquante nuances de Grey ? Vous allez aimer ce bouquin. Petites imperfections ici et là (des ellipses à vous donner le tournis), mais on lui pardonne, à la jeune équilibriste, elle a du souffle, une plume bien acérée et une oeuvre devant elle. J’ai lu les trente premiers chapitres de Nuances machin en anglais l’année dernière (pour améliorer mon vocabulaire anglais et ma connaissance du sado-masochisme), mais j’ai rapidement abandonné le livre dans le no man’s land numérique de ma Kindle, tellement c’était d’un ennui profond.
Résolution de l’année : lire un livre québécois par semaine, le samedi de préférence. Encore des résolutions… On verra. Le prochain : Grande École de Clément de Gaulejac…



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Membre : Montréal

Drolet, Geneviève. Le Reflet de la glace, Éditions Coups de tête, 2012.

Catégorie : Romans : histoires d'amour

Consulter la disponibilité de ce document dans nos bibliothèques.

Pour laisser un commentaire

*