25 jan 2013

Le Portique

Delerm, Philippe

Tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes pour Sébastien. Lui est prof de lettres dans un collège, sa femme est musicienne, ses enfants ont quitté la maison pour leurs études, les amis sont sympas. Jusqu’au jour où Sébastien est pris d’un malaise en classe. On ne sait pas ce qu’est cette maladie, l’auteur n’en donne que les signes extérieurs mais l’on se doute qu’il s’agit d’une forte déprime. Pour se reconstruire, Sébastien se met en tête de construire un portique dans son jardin ; non pas un truc avec corde à nœuds et balançoire, mais un portique de fleurs, une sorte de tunnel, dont il lui faudra voir le bout un jour… Et puis ses jours s’arrêtent enfin sur les détails de la vie, les mille petites choses auxquelles habituellement on reste indifférent. Cela lui permet de retrouver goût et sens à la vie. À son travail d’abord. Il trouve des textes qui font réagir les élèves, les font réfléchir, les motivent. Ce que n’apprécie pas l’inspecteur qui lui en fait le reproche. Mais fi de l’académisme bien-pensant de la bourgeoisie pédagogique, Sébastien se lâche et vide son sac ! Il est vivant.
Le style de Philippe Delerm est simple. Il semble couler de source, s’attarde sur des détails qui expriment la fragilité de la vie, mais il bouillonne aussi. Ce style apparemment simple s’harmonise bien avec ce conflit intérieur propre à tout homme, qui se réveille parfois comme un volcan, d’un besoin d’ailleurs mais aussi de stabilité.

Cette suggestion est proposée par un lecteur, du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos lectures et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Membre : France

Delerm, Philippe. Le Portique, Éditions du Rocher, 1999.

Catégorie : Romans... autres genres

Consulter la disponibilité de ce document dans nos bibliothèques.

Pour laisser un commentaire

*