25 jan 2018

Le Poids de la neige

Guay-Poliquin, Christian

Le Poids de la neig

Ce roman se passe dans la blancheur et la beauté dramatique et froide de l’hiver québécois, roman où il ne se passe rien ou presque. C’est un art de pouvoir écrire si simplement sur deux êtres qui n’étaient pas destinés à se rencontrer ni à vivre ensemble, malgré eux, dans l’inconfort et l’isolement total. Ils vont donner un sens à leur vie, du moins momentanément, grâce à une profonde amitié et à une grande solidarité, l’un et l’autre vivant pour l’après quand la neige aura fondu…

Roman très bien construit, très bien écrit et qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière ligne. Toutefois, dans sa chronique du Devoir du 13 janvier, Louis Cornellier déplore la tendance vers un isolationnisme tranquille du roman québécois, citant Isabelle Daunais qui avance l’idée, forte, que celui-ci se caractérise par une sorte de refus de la grande aventure pour se complaire dans « un monde à l’abri du monde ». Ce roman en est un exemple parfait !

Membre : Outremont

Guay-Poliquin, Christian. Le Poids de la neige, Éditions La Peuplade, 2016, 296 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*