07 déc 2017

Le Poids de la neige

Guay-Poliquin, Christian

Le Poids de la neig

Dystopie molle. Thriller psychologique. Décor : un village de campagne enseveli sous la neige et une panne d’électricité généralisée. Comment survivre ? Deux individus que tout sépare vont devoir cohabiter dans la véranda d’une demeure abandonnée à quelques kilomètres dudit village.

L’un, un vieux qui aime les livres (ce n’est pas écrit, mais on reconnaît Cent ans de solitude, Vingt mille lieues sous les mers et la Bible…) débarqué dans ce village en attendant de rejoindre sa femme mourante à l’hôpital. Il lui a promis de revenir la voir bientôt. Sa raison de vivre.

L’autre, un jeune mécanicien prodigue revenu au pays pour rencontrer son père. Trop peu, trop tard, le paternel a cassé sa pipe. Manque de pot, il a un accident de voiture en abordant le village. Résultats : deux jambes fracturées que la vétérinaire et le pharmacien du village réussiront tant bien que mal à rabibocher.

Le vieux accepte de s’en occuper, de l’accueillir dans la véranda, de le soigner, de le nourrir, de lui faire la lecture, de jouer aux échecs dans la mesure où les gens du village lui apporteront de quoi subsister : du bois, de la bouffe et un peu d’espoir. Huis clos. Le vieux tente de percer les silences de l’amoché. Mais la neige continue à s’abattre de tout son poids sur le village et le toit de l’habitat.

Les habitants du village désertent. Les vivres, le bois, l’essence viennent à manquer. On en vient à brûler les livres pour chauffer la cambuse. Le toit de la véranda s’écroule. Les trahisons et les petites lâchetés foisonnent tant au village que dans l’abri des deux compères.

La rencontre de deux individus qui devront s’apprivoiser dans un temps de fin du monde. Deux êtres qui veulent s’en sortir pour aller de l’avant. Comment ? Ne comptez pas sur moi pour vous le raconter.

Membre : Rosemont

Guay-Poliquin, Christian. Le Poids de la neige, Éditions La Peuplade, 2016, 312 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*