25 juin 2015

Le Naufragé du Vaisseau d’or : les vies secrètes de Louis Dantin

Francoli, Yvette

le naufragé du vaisseau d'or

La thèse de l’auteur de ce livre est que l’œuvre du poète Émile Nelligan (1879-1941), quelques dizaines de poèmes en tout, doit être attribuée en grande partie à Louis Dantin, pseudonyme d’Eugène Seers (1865-1945).
Ses arguments sont les suivants :
De un : Nelligan fut un élève médiocre et peu scolarisé, maîtrisant mal la grammaire, peu cultivé, et qui a produit la totalité de son œuvre entre 18 et 20 ans, avant d’être interné jusqu’à son décès, sans plus écrire une ligne.
De deux : Eugène Seers, alias Louis Dantin, fut au contraire un élève brillant, fortement scolarisé, titulaire d’un doctorat en philosophie, parlant six langues et très au fait de la culture en général et de la littérature en particulier.
De trois : on retrouve dans son oeuvre, abondante, les thèmes abordés par Nelligan dans la sienne.
De quatre : Seers eut en sa possession, entre 1900 et 1903, tous les manuscrits et toutes les notes de Nelligan qu’il remania et corrigea avant de les faire publier en 1904, avec une préface de sa main. Là-dessus, chacun peut se faire une opinion à partir du livre de Madame Francoli.
Mais la vie d’Eugène Seers est en elle-même un roman qui mériterait un film. Ordonné prêtre en 1888 en Europe alors même qu’il n’avait pas la foi, il lutta pendant 15 ans pour tenter de se conformer à cette vocation. Pendant ces années, il avait rencontré une jeune Wallonne dont il était tombé amoureux, un amour qui resta platonique ; tant les parents de la jeune fille que les membres de sa communauté brûlèrent leurs lettres de façon à mettre un terme à cet amour ! On n’est pas loin d’Éloïse et d’Abélard ici. Il revint à la vie laïque en 1903 ; comme défroquer était impossible dans le contexte religieux de l’époque, il dut donc s’exiler aux États-Unis, d’où il ne revint jamais, tout en continuant à publier dans diverses publications et sous d’innombrables pseudonymes.

Membre : Abonné de Guèvremont

Francoli, Yvette. Le Naufragé du Vaisseau d’or : les vies secrètes de Louis Dantin, Éditions Del Busso, 2013, 454 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*