18 fév 2021

Le Monde vu par un enfant

Bang, Hai Ja

Bang

Une femme met deux êtres au monde. Elle dit :
« Lorsqu’ils ont vu le jour, j’ai senti que des étoiles qui avaient rencontré notre belle planète après avoir erré dans l’univers, avaient convergé vers moi. Entrés dans ce monde, ils m’ont ouvert l’œil et le cœur à la beauté, à l’émerveillement, au respect de la vie. ». (Quatrième de couverture)

Une mère observe ses enfants découvrir le monde. De la bouche de ces enfants naissent des phrases émouvantes qui sont une célébration poétique de la vie.

« Un jour de ciel gris et de nuages,
L’enfant, assis près de la fenêtre, regarde dehors.
Il semble s’ennuyer parce que le soleil ne brille pas.
Tout en regardant par la fenêtre, il chantonne à sa mère :
“Le soleil doit dormir, il est peut-être fatigué.
Il doit être fatigué parce qu’il a trop joué avec les nuages.
Avec les montagnes et les fleurs, il s’est amusé.
Avec les animaux, il a joué.
Le soleil dort maintenant parce qu’il est fatigué”. » (p. 43)

Des yeux de cette mère naissent de magnifiques tableaux (1) d’où jaillit la lumière.
Un livre de beauté dans lequel l’âme voyage, le cœur sourit et nous ramène à l’essentiel.
Je vous souhaite de trouver ce livre et d’y puiser des instants de sérénité.

Le Monde vu par un enfant est écrit en coréen et traduit en français par Sabine et Alexandre Guillemoz. Les deux langues apparaissent dans le livre.

1. Bang Hai Ja est une peintre, poète et calligraphe coréenne. Elle fait partie de la première génération des peintres abstraits coréens.

Membre : Monique L. Cookshire-Eaton

Bang, Hai Ja. Le Monde vu par un enfant, Éditions Yeobaek, 2002.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Catégorie : Poésie