12 sept 2019

Le Drap blanc

Huyghebaert, Céline

Le Drap blanc grand format

J’épouse tout à fait la recension du Devoir, je ne saurais en dire mieux et plus. Anne-Frédérique Hébert-Dolbec écrivait le 15 juin dernier ce qui suit au sujet du livre de l’auteure : « Inspirée par les silences, les souvenirs immatériels et autre vides narratifs qui forment l’histoire individuelle de chacun, l’artiste Céline Huyghebaert a recours à une multitude de voies et de supports, parmi lesquels l’écriture, la photographie, le collage, l’entrevue et la collecte d’archives, pour raconter et ainsi redonner vie à ce qui “ne laisse pas de trace”. […] À mi-chemin entre le récit autobiographique, l’enquête journalistique et le journal intime, le bouquin constitue un amalgame de souvenirs et d’informations récoltés par l’auteure afin de compenser et de faire la paix avec l’absence de son père, un homme inaccessible et profondément malheureux, parti avant les adieux rédempteurs. »

L’originalité de ce livre m’a captivée. C’est intéressant d’accéder à une lecture différente tout en conservant la trame de la relation père-fille. Bonne lecture !

Abonnée : bibliothèque Germaine-Guèvremont

Huyghebaert, Céline. Le Drap blanc, Éditions Le Quartanier, 2019, 329 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*