05 juin 2014

Le Chardonneret

Tartt, Donna

Le chardonneret

Le Chardonneret, c’est d’abord le titre d’une toile de Carel Fabritius (1654). Une toile qui sert de fil d’Ariane à ce roman tout en finesse qui nous plonge dans un drame sans commune mesure. Ce n’est ni le 11 septembre, ni Bagdad, ni la Palestine. C’est pire. C’est l’histoire d’un ado qui cherche à rester humain malgré l’absurdité du monde dans lequel il vit, un monde de violence, de drogue, d’amitiés incertaines, d’amours trompés. Seule cette toile de Fabritius… Désolé ! Ne comptez-pas sur moi pour vous révéler la fin. Mais je peux vous dire que l’auteure tente de répondre à la question : « Sommes-nous en droit d’accomplir un geste répréhensible en soi s’il mène à un résultat louable ? » Serez-vous surpris si je vous dis qu’elle ne donne pas de réponse ? Ni à cette question ni à plusieurs autres tout aussi essentielles.
Seule réserve : il y a quelques coquilles ici et là ainsi que quelques erreurs de traduction qui auraient pu facilement être évitées si on s’était donné la peine de relire attentivement le texte avant publication. Si, contrairement à moi, vous êtes à l’aise avec la langue de Shakespeare, n’hésitez pas à lire le texte original.

Titre original : The Goldfinch

Membre : Villeray

Tartt, Donna. Le Chardonneret, Éditions Plon, 2013, 2014, 787 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*