24 nov 2022

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Le jeudi 15 décembre prochain seront dévoilés, à même cet envoi, les cinq titres qui ont été le plus souvent mentionnés en 2022.

Tous les membres du Club des Irrésistibles (anciens et nouveaux) peuvent participer à la remise du prix en tant que membre du jury. Il suffit de s’inscrire avant que les ouvrages en lice ne soient connus. Vous avez donc jusqu’au 14 décembre pour me faire part de votre intention.

En quoi cela consiste-t-il ? Il faut lire les titres d’ici la mi-avril 2023 et en choisir un.

Si un ouvrage vous plaît moins, vous pouvez le laisser de côté, car vous savez qu’il n’obtiendra pas votre vote.

Vous n’avez aucun justificatif à donner ni de texte à écrire. Vous devez seulement me transmettre votre choix, une fois vos lectures terminées.

Si l’expérience vous tente, j’ai simplement besoin de votre nom, prénom et la localité où vous habitez.

Des questions ? N’hésitez pas à me les soumettre. Il me fera plaisir d’y répondre.

En attendant, si vous avez beaucoup aimé un livre, pensez à écrire quelques lignes d’ici la mi-décembre pour donner une chance à l’auteur(e) de se retrouver finaliste pour la 15e remise du prix des Irrésistibles. C’est un rendez-vous !


Après la pluie / Dopo la pioggia (Mercure de France, 2021, 2022) est le premier titre traduit en français de l’écrivaine italienne Chiara Mezzalama, également traductrice et psychothérapeute. J’ai été enchantée par cette lecture qui touche un sujet brûlant d’actualité et dont les chapitres alternent principalement entre la parole donnée à Elena et à celle d’Ettore, son mari.

Est-ce un roman dystopique ou utopique ? Un cri de désespoir sur les ravages des changements climatiques ? Un « wake up call » avant qu’il ne soit trop tard ? Tout cela alors qu’Elena et Ettore vivent, au sein de leur union, une tempête de laquelle ils ne sortiront pas indemnes.

Elena, traductrice de 45 ans, habite Rome. Fille unique et orpheline – sa mère est morte alors qu’elle avait 10 ans –, elle partage sa vie depuis 20 ans avec Ettore et leurs deux enfants, Susanna et Giovanni. L’aînée a notre planète Terre à cœur et s’inquiète pour la suite du monde : « Je ne fais que parler de catastrophes écologiques, de crise climatique, de pollution de la mer, d’extinction des animaux », tandis que son frère de neuf ans aime prendre des cours de danse classique.

Tout allait relativement bien dans le couple jusqu’au jour où Elena découvre que son mari a, depuis des mois, une maîtresse. Claudia est une collègue de travail, plus jeune qu’elle et qu’il voit dans son appartement d’étudiant supposément loué, mais qu’il garde pour ses escapades extraconjugales.

Le château de cartes vient de s’écrouler. Elena décide sur un coup de tête, en ce 4 octobre de l’an…, de partir quelques jours en Ombrie, là se trouve le Hêtre roux, la maison de campagne léguée par sa mère.

Ce matin-là, Ettore, qui a fait des études d’ingénieur, mais qui est promoteur immobilier et très bon orateur, doit prendre la parole lors de l’assemblée générale de l’entreprise. « [Il] n’était pas inquiet car les choses se passaient bien, le chiffre d’affaires de la société [entreprise de construction fondée par son père] augmentait et la reconversion du ciment vers le bois commençait à porter ses fruits, même si un imprévu pouvait toujours se produire, une question embarrassante d’un associé frustré ou jaloux. » Rien ne se passe comme prévu.

En rentrant chez lui, il constate qu’Elena, qui travaille normalement de leur appartement, n’est pas là. Fait rarissime, d’autant qu’elle a laissé les lieux en désordre. Arrive l’heure du souper, les enfants ont faim, leur mère n’a toujours pas donné signe de vie. C’est au moment de se coucher qu’Ettore voit la note laissée par sa femme : « Je prends quelques jours, je dois réfléchir. Je t’ai vu avec elle. C’est très douloureux. Pourquoi tu m’as fait ça ? »

Le lendemain, à la perturbation familiale s’ajoutent des intempéries naturelles. Après des semaines et des semaines de sécheresse, voilà que le temps se déchaîne, qu’un « phénomène météorologique extraordinaire [frappe] le centre de l’Italie ». Pris de panique, Ettore décide de rejoindre Elena avec les enfants.

Ce périple s’annonce ardu, désespérant et décourageant par moments, mais sera également l’occasion de rencontres inespérées et, à prime abord, improbables. Qu’il s’agisse d’Ove, un jeune Norvégien installé depuis peu en Italie ; de Guido, un solitaire cueilleur de truffes, « expert en forêts et en champignons » qui habite seul avec son chien Orzo ; d’Hiroko, une Japonaise qui a vécu près de la centrale nucléaire de Fukushima quand, le 11 mars 2011, la catastrophe s’est produite ; des inspirantes et débrouillardes sœurs bénédictines du monastère de Vitorchiano… Quelle place occuperont-ils dans cette histoire ?

Après la pluie, Ettore retournera-t-il auprès de Claudia ? Tentera-t-il d’obtenir le pardon de sa femme ? Est-ce que les fondations sont assez solides pour tenir le coup ? Quelle décision prendra Elena ? Rester auprès de ses enfants et faire comme si… ou demander le divorce ? Dans quel état retrouveront-ils leur appartement romain et leur résidence secondaire ?

Pour votre information, Chiara Mezzalama, qui parle très bien le français, sera présente au Salon du livre de Montréal pour dédicacer son roman, le vendredi 25 novembre à 17 h 45 ainsi que le lendemain à 11 h.

Je signale, en terminant, la très bonne traduction de Léa Drouet et je laisse le mot de la fin à Hiroko : « […] Ce sont les rencontres qui font la famille, pas le sang. Ça aussi, on devra l’apprendre si on veut survivre sur cette Terre. » Bonne lecture !


Les Irrésistibles de Marie-Anne ont aussi leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter