16 sept 2021

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Revenir à toi (Grasset, 2021) de Léonor de Récondo m’a profondément touchée. Style simple, qui laisse toute la place aux émotions, plus particulièrement à celles que vivent une mère et sa fille à la suite d’une fêlure. Comment rester insensible à une telle situation, alors que le noyau central s’est effrité un jour de 1986…

Printemps 2016. Magdalena, dite Magda, habite Paris. En plus d’être talentueuse, cette femme est d’une grande beauté. À 44 ans, elle connaît une belle carrière de comédienne, préfère monter sur les planches que faire du cinéma et, malgré le fait qu’elle a tout pour elle, du moins en apparence, c’est une femme fragile, blessée, qui ne s’est jamais remise du départ inattendu d’Apollonia, sa mère, alors qu’elle avait 14 ans.

« Elle se souvient du jour où son père, Isidore, lui avait dit : maman est partie. Une phrase simple, sujet verbe participe passé. Une phrase tout à fait intelligible. Magdalena la comprenait, mais la trouvait trop courte. Il lui manquait au moins un complément de lieu, ainsi que plusieurs paragraphes d’explications. » (p. 15)

Peu de temps après la « disparition » d’Apollonia, son père avait, à son tour, abandonné le nid familial pour recommencer sa vie auprès d’une autre femme, remettant à ses parents, Marcelle et Michel, le soin de s’occuper de Magda. L’adolescente n’avait cessé de leur demander où était sa mère. On lui donnait toujours la même réponse : « Elle est partie se reposer. » Elle n’en croyait rien. Elle soupçonnait qu’elle était dépressive, mais de là à laisser sa famille derrière elle sans explications…

Magda doit reprendre dans cinq jours les répétitions d’Antigone de Sophocle – pièce qui sera jouée cet été à Avignon et dans laquelle elle tient le rôle principal –, sauf qu’elle apprend par un coup de fil de son agente, Adèle, que sa mère a été retrouvée. Trente ans se sont écoulés. D’après ses dires, elle serait à la maison éclusière à Calonges, en Lot-et-Garonne, sur le canal latéral. Depuis combien de temps réside-t-elle là-bas ? S’est-elle remise en couple ou vit-elle seule ? A-t-elle des problèmes de santé physique ou mentale ?

Sans réfléchir, Magda se rend à la gare Montparnasse, prend un billet de train pour Bordeaux, retire de l’argent d’un guichet automatique, s’achète à la boutique de la gare une revue en prévision de deux heures de trajet. Le présent et le passé s’entremêlent, elle ne sait ce qui l’attend au moment des retrouvailles. Sera-t-elle-même capable de dire « maman » après tant d’années ?

Que vient réellement chercher Magda ? La vérité ? Une forme de pardon ? Sa mère, cette ex-institutrice au primaire qui a aujourd’hui 77-78 ans, acceptera-t-elle de lui parler, de s’expliquer ? A-t-elle un secret qui l’a fait basculer du côté du silence ? Peut-elle, veut-elle, le partager avec Magda ? Est-ce possible de reconstruire un lien de confiance alors qu’on attend depuis trois décennies des réponses ?

« Toujours Magdalena a cru que son existence s’était arrêtée avec la disparition d’Apollonia, elle a cru que cet événement avait été crucial. Et si au contraire, elle le réalise à présent, il était mineur au regard de tout ce qu’elle avait accompli depuis ? » La réponse se trouve dans ce très beau roman de Léonor de Récondo.


Les Irrésistibles de Marie-Anne ont aussi leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter