14 jan 2021

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Vous avez été très nombreux-ses à répondre à ma petite « enquête » sur vos coups de coeur littéraires de 2020. Merci de votre participation irrésistible.

Après compilation voici, parmi la centaine de vos suggestions, les livres le plus souvent mentionnés (l’ordre est aléatoire) :

Québec :

Les Villes de papier de Dominique Fortier (Alto, 2018)

Kukum de Michel Jean (Libre Expression, 2019)

Pas même le bruit d’un fleuve d’Hélène Dorion (Alto, 2020)

Ta mort à moi de David Gaudreault (Stanké, 2019)

La Mariée de corail de Roxanne Bouchard (Libre Expression, 2020).

Hors Québec :

Nickel Boys de Colson Whitehead (Albin Michel, 2019, 2020)

La Vie mensongère des adultes d’Elena Ferrante (Gallimard, 2019, 2020)

Chavirer de Lola Lafon (Actes sud, 2020)

Liv Maria de Julia Kerninon (Annika Parance éditeur, 2020)

Betty de Tiffany McDaniel (Gallmeister, 2020).


Est-ce que le prix Goncourt 2020 est un bon cru ? L’Anomalie d’Hervé Le Tellier (Gallimard, 2020) est certes intrigant, rondement mené, mais sa conclusion m’a laissée sur ma faim, pour ne pas dire dubitative.

L’action se déroule sur quelques mois. Le 10 mars 2021, le vol 006 d’Air France qui effectuait la liaison Paris-New York a dû affronter une zone de fortes turbulences, à un point tel que certains des 243 passagers ont cru que leur dernière heure était arrivée. Vous me direz, avec raison, qu’une telle situation n’a rien d’exceptionnel.

Sauf que, ce qui l’est un peu moins et qui est même plutôt original, c’est qu’un deuxième incident similaire a eu lieu 106 jours plus tard, à bord du même avion (un Boeing 787), toujours piloté par le commandant de 48 ans, David Markle, et son adjoint Gid Favereaux, du même vol, pour la même destination, avec les mêmes passagers et personnels de bord. Branle-bas de combat à l’aéroport JFK à New York où tout ce beau monde est attendu par le FBI et l’armée américaine.

Les passagers des deux vols sont interrogés à tour de rôle. Mais qui sont-ils ? Des doubles ? Des dupliqués ? Ont-ils été clonés ? Est-ce que le monde dans lequel nous vivons est réel ou virtuel ? Il est à parier qu’Hervé Le Tellier a lu les travaux de Nick Bostrom. Une fois le roman refermé, allez jetez un œil sur les recherches de ce philosophe suédois.

Regardons de plus près quelques-uns des voyageurs qui avaient tous des raisons différentes de prendre ce vol 006, Paris-New York, et qui seront interrogés par les hautes autorités américaines.

Victor Miesel, écrivain et traducteur né à Lille il y a 43 ans, se suicide le jeudi 22 avril 2021 juste après avoir terminé la rédaction de L’Anomalie, qui tranche avec ses livres précédents.

Lucie Bogaert, cheffe-monteuse de 32 ans, très appréciée des réalisateurs, s’occupe seule de son fils de 12 ans, Louis.

André Vannier, architecte et père de famille de 63 ans, a obtenu le contrat, via sa firme Vannier & Edelman, de construire à Mumbai, en Inde, la Sūryayā Tower, un édifice en verre et en bambou.

Joanna Woods-Wasserman, avocate noire américaine de 34 ans, enceinte de trois mois, a été engagée par Denton & Lovell pour s’occuper d’un client unique : Valdeo, une entreprise pharmaceutique.

Slimboy, de son vrai nom, Femi Ahmed Kaduna, chanteur homosexuel de 25 ans, né à Lagos, au Nigeria, est considéré comme « l’empereur de la pop africaine ».

Hervé Le Tellier a une imagination débordante, cite plusieurs écrivains, films, chanteurs, tout en écorchant au passage des hommes politiques sans, toutefois, les nommer. Le ton est parfois ironique, mais c’est fait sans méchanceté.

Roman de science-fiction ou d’anticipation ? Chacun pourra interpréter et spéculer sur la fin de ce roman comme il le veut, plusieurs pistes sont possibles, comme celle du temps qui, peut-être, s’étire à l’infini ou qui, comme le jour de la marmotte, recommence sans fin.

J’ai traversé une zone de turbulence en lisant L’Anomalie. Décollage réussi, baisse de régime en son centre, avant que l’avion ne reprenne de l’altitude, pour terminer son vol en chute libre.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.


Les Irrésistibles de Marie-Anne ont aussi leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter