07 jan 2021

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Avez-vous, comme moi, un petit cahier dans lequel vous inscrivez le nom de vos auteur(e)s chouchous ? Dans ma liste se trouve, entre autres, le nom de Fanny Britt. Je lis tout ce que publie cette dramaturge, romancière et traductrice.

Dans son dernier roman, Faire les sucres (Cheval d’août, 2020), dont la narration se décline à la 3e personne, l’écrivaine fait un travail d’horloger. Pourquoi ? Parce qu’elle démonte un à un le mécanisme, non pas d’une montre, mais de celui de Marion Robert et d’Adam Dumont, en couple depuis dix ans.

Le 19 juillet 2017, la vie d’Adam va se dérégler à la suite d’un incident survenu durant leurs vacances au Massachusetts : alors que Marion et Adam prenaient du bon temps sur l’île de Martha’s Vineyard en compagnie de leurs amis Julie et Simon, Adam a perdu le contrôle de sa planche de surf dans l’océan Atlantique. Cette mésaventure aurait pu se terminer tragiquement, car sa maladresse (ou son inexpérience) a fait qu’il est entré en collision avec Celia Smith, une Américaine de 19 ans qui jouait sur la plage avec ses jeunes neveux. Mais qui est cette femme qui se retrouve à l’hôpital avec une luxation du genou ? Habite-t-elle sur l’île ? Va-t-elle poursuivre Adam comme le lui suggère Jeffrey, son frère ? Nous l’apprendrons dans les trente dernières pages du roman.

De retour sur la Rive-Sud de Montréal, Marion et Adam reprennent leurs activités. Elle est copropriétaire d’un cabinet de dentiste à Pierrefonds en plus de chanter dans une chorale anglophone au centre communautaire d’Hudson ; Adam, divorcé et père de deux adolescents, possède, avec son associé Joseph, trois restaurants, tout en ayant sa propre émission à la télévision, Adam à table. Il va même jusqu’à acquérir pour 750 000 dollars l’érablière de l’acériculteur Gerry Sweet, à la veille de prendre sa retraite. Coup de tête ? Besoin de nouveaux défis à 47 ans ? Avait-il les moyens de débourser un tel montant ?

L’histoire aurait pu être ordinaire, mais c’est mal connaître le talent de Fanny Britt. Les vraies « affaires », celles qui auraient dû être dites, ne sont jamais verbalisées, mais simplement pensées par Marion et Adam. Et qu’arrive-t-il dans de telles situations ? L’oxygène finit par manquer et le ballon, par se dégonfler.

Marion qui a toujours été la petite fille docile, puis la femme qui jamais ne refuse quoi que ce soit à qui ce soit, est sur le point de faire un virage à 180 degrés, alors qu’Adam est, cette fois, à la veille de réellement se noyer. Leur monde va-t-il définitivement s’écrouler ou réussiront-ils à trouver une bouée de sauvetage ? Et si oui, par quels moyens ? Ils avaient pourtant tout pour être heureux… en apparence.

Il est intéressant de suivre les personnages qui gravitent autour du couple, qu’ils s’agissent des membres de leurs familles respectives, de leurs collègues de travail, de Celia et des siens, etc. Je vous laisse entre de bonnes mains !


Les Irrésistibles de Marie-Anne ont aussi leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter