19 nov 2020

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Nous voici déjà à la mi-novembre. C’est donc dans un mois que seront connus les cinq titres qui ont été le plus souvent mentionnés « irrésistibles » en 2020 et que les membres du jury du prix devront lire.

Pour les membres du Club des Irrésistibles qui se sont joints à nous cette année, une petite mise en contexte. Si vous désirez participer à la 13e remise du prix, rien de plus simple.

Voici notre politique : une fois les ouvrages dévoilés, vous ne pourrez plus vous inscrire comme membre du jury, mais d’ici là, vous avez quatre semaines pour me le dire. Pour ce faire, vous n’avez qu’à me donner, à même cet envoi, votre nom, prénom et la localité où vous habitez.

Vous avez donc jusqu’à la mi-avril 2021 pour lire les titres retenus. S’il y en a un qui vous plaît moins, vous le laissez de côté, car vous savez qu’il n’obtiendra pas votre vote. Vous n’avez aucun justificatif à donner ni de texte à écrire. Il faudra seulement me transmettre votre choix, une fois vos lectures terminées, pour que je puisse l’inclure dans les votes.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les soumettre. Il me fera plaisir de vous répondre.

Ne sachant pas si en avril prochain ce vilain virus sera rayé de la carte ou non, je ne peux vous garantir que nous pourrons nous réunir dans une bibliothèque de la Ville de Montréal pour débattre mais, au moins, le prix du Club des Irrésistibles sera attribué, peu importe la situation de confinement.

En attendant, si vous avez beaucoup aimé un livre, pensez à écrire quelques lignes pour donner une chance à l’auteur(e) de se retrouver finaliste pour la 13e remise du prix. C’est un rendez-vous !


Jungle (Jean-Claude Lattès, 2005), deuxième roman de Monica Sabolo, se déroule de 1979 à 1994. On y suit Louise, la narratrice, et Julia Lambert, celle qui fut sa grande amie. Je dis « fut », car Jungle commence avec cette révélation : « Le matin où Julia se trancha les veines dans son bain, elle s’était peint les ongles de pieds en rouge. » Nous allons ainsi suivre ces deux gamines qui, en 1979, avaient huit ans et la vie devant elles.

Malgré le fait qu’elles étaient très différentes, elles se sont vite « reconnues ». Autant la timide Louise réussissait bien à l’école et espérait faire des études en biologie à Paris, autant Julia, l’extravertie, changeait constamment d’orientation avec, au final, une prédisposition pour l’art dramatique. Pendant que Julia accumulait les conquêtes masculines, Louise, de son côté, se désespérait de vivre sa première relation sexuelle – elle était encore vierge à 21 ans.

Peu importe ce qui leur arrivait, elles pouvaient compter l’une sur l’autre et se réconcilier aussi vite qu’elles s’étaient querellées. Si la mère de Louise avait été, comme elle le disait, sa « première idole », Julia, elle, adulait son père… jusqu’au jour où toutes deux vivront de grandes déceptions : parfois les enfants attendent trop de leurs parents ou alors ils ne les voient pas tels qu’ils sont.

Monica Sabolo s’intéresse donc, sur une quinzaine d’années, à l’amitié de deux adolescentes remplies d’imagination et de vitalité, entourées des membres de leur famille, des voisins, de leurs camarades de classe, des amoureux qui passent au gré des humeurs, tout cela saupoudré d’humour et de quelques moments dramatiques.

J’avais Jungle dans ma bibliothèque depuis sa publication en 2005, mais j’étais passée tout droit. L’écriture est sobre et la lecture avenante. Je suis contente de m’être attardée quelques heures sur le parcours de ces jeunes filles, à un âge où rien n’est facile.


Les Irrésistibles de Marie-Anne ont aussi leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter