21 mai 2020

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Après vous avoir glissé un mot sur la série suédoise Kalifat (2020) il y a deux semaines, me revoici avec une autre suggestion : Unorthodox / Non orthodoxe (2020), réalisée par Maria Scharder, d’après l’autobiographie de Deborah Feldman publiée en 2012.

Alors que Kalifat se déroulait à Stockholm et à Raqqa, autant Unorthodox alterne entre Brooklyn et Berlin. Toutes les deux sont à voir pour leur côté instructif (je n’ai pas dit pédagogique) qui démontre une réalité qui, je crois, échappe totalement à la plupart d’entre nous.

Esther Schwartz (fabuleuse Shira Hass), que l’on surnomme Esty, est une jeune femme de 19 ans qui détonne dans sa communauté juive de Williamsburg – quartier de Brooklyn. Ses ancêtres sont des Satmar, dynastique hassidique qui a vu le jour en Hongrie, pour qui la tradition est fondamentale et suivie à la lettre.

Esty a été élevée par sa grand-mère (Dina Doron) qu’elle adore et par sa tante Malka Schwarz (Ronit Asheri). Sa mère, Leah Mandelbaum (Alex Reid), a fui à Berlin alors que sa fille n’avait que trois ans – nous découvrirons les circonstances de son départ au quatrième et dernier épisode –, tandis que son père, manifestement alcoolique, est aux abonnés absents.

Yanky Shapiro (Amit Rahav), juif hassidique timide et introverti, a été désigné pour être le futur mari d’Esty. Ils n’ont pas le temps de s’apprivoiser – à défaut d’autres mots –, que c’est déjà le jour du mariage, la nuit de noces (quel cauchemar !) et les difficultés que rencontre Esty d’enfanter. Pour sa communauté, comme le dira Esty, l’important c’est de procréer, car il faut mettre au monde beaucoup enfants pour compenser les quelque six millions de Juifs exterminés. Toute une responsabilité !

Esty, qui se retrouvera à Berlin – je ne dis pas un mot sur cette partie de l’histoire –, se verra atterrir dans un monde à mille lieux du sien. Arrivera-t-elle à refaire sa vie ? Les membres de sa famille réussiront-ils à la retrouver ? Voudra-t-elle renouer avec sa mère qu’elle n’a pas vue depuis bientôt 15 ans ? De quoi sera fait son avenir ? Quels sont ses rêves, ses ambitions ?

Le montage d’Unorthodox est intéressant et efficace, car il nous fait voir presque simultanément les deux facettes de la vie d’Esty. On la suit ainsi dans son quotidien à Williamsburg et, parallèlement, on est captivé par les astuces qu’elle doit mettre en place dans la capitale allemande pour s’en sortir. Vivre dans un monde où nous sommes libres de nos choix, de nos agissements, de nos fréquentations, vous en conviendrez avec moi, n’a pas de prix.


Les Irrésistibles de Marie-Anne ont aussi leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter