19 mar 2020

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Avant que l’on me propose Les Inconsolés (Actes Sud, 2020), je n’avais jamais rien lu de Minh Tran Huy, romancière française d’origine vietnamienne. Quelle belle découverte !

J’ai été conquise dès le début du récit qui se déroule dans les années 2000. La narration alterne entre Lise et « L’Autre ». La première s’exprime au « je », tandis que « L’Autre » utilise la 3e personne du singulier. Il faut être patient (et attentif) pour connaître l’identité de cet(te) « Autre », mais nous sommes récompensés, croyez-moi sur parole, d’autant plus qu’à la moitié du roman, un revirement s’effectue à la suite de la disparition de…

L’histoire, qui s’échelonne sur une décennie, est celle de Lise et de Louis. Ils se sont connus à la terrasse d’un café parisien. Ils ont 20 ans, la vie devant eux. Ils sont à quelques mois d’obtenir leur diplôme. Ordinaire, me direz-vous. Peut-être, mais ce qui est beaucoup plus original, c’est la suite.

Tout les sépare, à commencer par leur classe sociale. Mais dès qu’elle l’a aperçu, « elle [a] éprouv[é] pour lui un désir immédiat, entier ». Lise discutait avec ses camarades de classe du roman d’Edith Wharton, Le Temps de l’innocence, qui annonce – mais elle ne le savait pas encore –, à peu de choses près, sa propre histoire avec Louis.

Plusieurs personnages gravitent autour des amoureux, parfois pour le mieux, parfois pour le pire. Je ne sais pas si je suis naïve, mais je n’ai rien vu venir. J’ai tout aimé de ce roman à commencer par sa construction. L’intrigue est prenante, bien menée et on veut connaître la vérité sur cette fameuse disparition.

J’ouvre les paris : je suis persuadée que quelqu’un(e) va très prochainement acquérir les droits cinématographiques de ce livre. Si Les Inconsolés m’a procuré un très beau moment de lecture, je suis certaine que je prendrais autant de plaisir à voir son adaptation sur grand écran. À suivre !


Je devais recevoir à Radio VM (91,3 FM), dans le cadre de Culture à la carte, le comédien David Boutin, mais comme le Théâtre du Rideau Vert a dû annuler pour cause du COVID-19 la pièce Mademoiselle Julie d’August Strindberg, je ne vais pouvoir, à mon grand regret, réaliser cette entrevue. Ce n’est que partie remise, je l’espère !

Les Irrésistibles de Marie-Anne ont aussi leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter