14 nov 2019

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Traduite par Juan Arango et adaptée par Kariane Héroux-Danis, la pièce du quadragénaire catalan Josep Maria Miró, Le Principe d’Archimède, est présentée dans la grande salle du Théâtre Prospero jusqu’au 16 novembre prochain. Elle vaut amplement qu’on s’y arrête.

Dans le programme, le metteur en scène Christian Fortin précise : « Ce soir, neuf compagnies théâtrales jouent Le Principe d’Archimède quelque part dans le monde. Depuis 2011, cette pièce est jouée presque sans interruption. Ce sera sa première au Québec. » Je comprends maintenant pourquoi elle est si « populaire ». Voyez !

Geneviève Alarie interprète Anne, la directrice d’une piscine municipale. Elle compte, parmi ses employés, deux maîtres-nageurs : Vincent (Daniel D’Amours) et Pierre (Lucien A. Bergeron), célibataire et sans enfant. Chacun a la responsabilité de groupes de gamins d’âges différents. Ils aiment leur travail, s’acquittent bien de leurs tâches, mais tout bascule le jour où, selon les dires d’une jeune fille, pour le rassurer, Pierre a serré dans ses bras et embrassé sur la bouche un jeune garçon ayant peur de l’eau.

Pierre commence par tout nier en bloc, puis se rétracte sur un détail, en rajoute un autre et se défend lorsqu’Anne, puis Vincent lui demandent d’expliquer son geste. David (Sébastien Rajotte), le père du garçon, se pointe à la piscine et exige des explications. Il demande à Anne qui est le professeur de son fils. Est-il homosexuel ? Plus la conversation avance, plus elle se rend compte qu’elle ne sait rien de la vie privée de Pierre, même s’il est à son service depuis cinq ans. Que faire ? Prendre sa défense ou celle de David ? Congédier Pierre ou lui donner le bénéfice du doute ?

La jeune fille prétend, je dis bien prétend, qu’elle a vu Pierre commettre son geste. Qui dit vrai, qui ment ? Quelles seront les conséquences à court et à moyen terme ? Est-ce que Pierre a réellement embrassé le jeune sur la bouche ? Si oui, pour quelle raison ? Rumeur ou vérité ?

Ce qui rend la proposition théâtrale intéressante, c’est qu’elle est construite de manière habile. Plusieurs avenues sont possibles alors que certaines scènes se répètent tout en faisant avancer l’action. C’est comme si la conversation de l’un poursuivait celle de l’autre. Rassurez-vous, on ne s’y perd pas du tout.

Cette production du Théâtre À l’eau froide en collaboration avec Christian Fortin et en codiffusion avec Le Groupe de la Veillée est, bien sûr, dérangeante à plusieurs niveaux et soulève une foule de questions. Ne vous attendez pas à des réponses claires, nettes et précises, car l’auteur n’en donne pas. Pour cela, il faudrait une suite à ce Principe d’Archimède. Pour ma part, il m’a été impossible au bout d’une heure quinze de prendre position. Coupable ou non coupable ?

En terminant, quel est ce fameux « principe d’Archimède » ? La définition du Larousse se lit comme suit : « Tout corps plongé dans un fluide éprouve une poussée verticale, dirigée de bas en haut, égale au poids du fluide qu’il déplace et appliquée au centre de gravité du fluide déplacé, ou centre de poussée. »


Le lundi 18 novembre, à Radio VM (91,3 FM), de 17 h 45 à 18 h, dans le cadre de Culture à la carte, je m’entretiendrai avec la metteure en scène Luce Pelletier, qui nous parlera de la pièce Les Serpents de Marie NDiaye, présentée à l’Espace Go jusqu’au 7 décembre 2019.

Lundi dernier, je recevais la metteure en scène Catherine Vidal, venue nous parler de la pièce Les Amoureux de Carlo Goldoni, présentée au Théâtre Denise-Pelletier jusqu’au 4 décembre 2019.



Les Irrésistibles de Marie-Anne ont aussi leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*