06 juin 2019

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Qui n’aime pas les oeuvres de Paul Gauguin ? Qui connaît bien ses portraits et ses autoportraits ? On associe rarement ce peintre à ce type de sujets et pourtant, c’est cet aspect original de Gauguin que nous dévoile le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) en nous proposant, jusqu’au 8 septembre prochain, Gauguin. Portraits.

Nouvelle perspective donc sur le travail de cet artiste né en 1848 à Paris et décédé le 8 mai 1903 aux îles Marquises. On découvre cette facette de sa production dans une soixantaine d’œuvres dont près de la moitié sont des huiles sur toile, à côté desquelles on retrouve de magnifiques sculptures en bronze et en bois, appartenant à une quarantaine de prêteurs.

Organisées par thèmes et non chronologiquement, les salles sont aérées et la mise en place est invitante – portez une attention particulière à la couleur des murs. Cette présentation est une invitation au voyage à travers des portraits de certains amis de Gauguin, dont le peintre néerlandais Meijer de Haan, de ses enfants et de quelques autres connaissances.

On doit la conception de cette exposition – comme celle sur Van Gogh en 2012 – à la très sympathique et compétente Cornelia Homburg, spécialiste de l’art de la fin du XIXe siècle qui a travaillé en collaboration avec Christopher Riopelle et Neil Westreich.

Plusieurs conférences sont organisées autour de l’exposition et une application gratuite est disponible. N’hésitez pas à la télécharger afin de planifier votre visite et d’avoir un avant-goût des œuvres présentées.

Si vous me permettez un petit conseil, réservez votre billet et l’heure qui y est associée avant de vous rendre au MBAC. Ainsi pas d’attentes ou de mauvaises surprises – le musée prévoit recevoir beaucoup de monde dans les prochaines semaines.

Seule escale en Amérique du Nord, Gauguin. Portraits poursuivra sa route à la National Gallery de Londres à partir du 7 octobre 2019.


Voici le 3e extrait du débat qui s’est tenu dans le cadre de la 11e remise du prix du Club des Irrésistibles, à la bibliothèque Robert-Bourassa à Outremont le 15 avril dernier.

En 3e position, ex aequo : Les Loyautés de Delphine de Vigan (Jean-Claude Lattès, 2018) et Couleurs de l’incendie de Pierre Lemaitre (Albin Michel, 2018).

Un grand merci à notre réalisateur Stéphane Richard.



Les Irrésistibles de Marie-Anne ont aussi leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Une réponse pour “Le Billet de la semaine”

Daniel Boisseau dit : - 11 juin 2019

À tous ceux qui s'intéressent à Gauguin, je conseille la lecture d'un roman de Mario Vargas Llosa, "Le paradis, un peu plus loin", qui raconte la vie de Flora Tristan, une syndicaliste et anarchiste, et grand-mère de Paul Gauguin, en alternance de chapitre en chapitre avec la vie de ce dernier. Je ne pourrais dire laquelle des deux est la plus passionnante.

Pour laisser un commentaire

*