14 fév 2019

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

La femme qui ne vieillissait pas de Grégoire Delacourt (Jean-Claude Lattès, 2018) se lit d’une traite. Ce roman, malgré une histoire assez improbable – quoique ? –, soulève des questions fort pertinentes sur un tas de sujets, comme le regard des autres sur l’apparence physique.

La parole est donnée à Martine, fille unique née en France le 17 janvier 1953. Cette jeune femme changera son prénom pour celui de Betty et comme elle le dit : « À 21 ans, je suis née pour la deuxième fois. » Mais n’anticipons pas trop.

Petite fille curieuse et en bonne santé, nous suivons son parcours de sa première année à ses 63 ans, à travers des moments-clés de sa vie, dont voici quelques exemples.

À sept ans, son père revient de la guerre d’Algérie avec une jambe en moins ; à 13 ans, elle devient orpheline. Sa mère, âgée de 35 ans, est heurtée par une voiture en sortant du cinéma et meurt sur le coup ; à 15 ans, Martine vit sa première rupture amoureuse ; à 16 ans, elle assiste au mariage en secondes noces de son père avec Françoise – divorcée et mère d’un garçon de son âge ; études de lettres avant son premier emploi d’institutrice ; rencontre à 18 ans d’André Delattre, né dans une famille de cultivateurs qui, six ans plus tard, deviendra son mari ; naissance de leur fils Sébastien. Nous n’en sommes qu’au début…

À ses 30 ans, par l’entremise d’une amie, Martine fait la connaissance de Fabrice, portraitiste qui désire la photographier. À chaque année, durant 33 ans, il prendra un cliché de cette femme qui ne vieillit pas : « Le temps n’a pas de prise sur toi. » Pour une majorité, ce serait un compliment. Combien ont recours à la chirurgie esthétique pour avoir un look éternellement jeune ? Pour Martine, c’est une plaie, car elle voit son éternelle jeunesse comme un « châtiment ».

Grégoire Delacourt sait très bien se mettre dans la peau des femmes. Nous ressentons ce que doit vivre en permanence Martine, surtout depuis le moment où elle a arrêté de vieillir extérieurement. Et qui sait si cette histoire, qui peut paraître à prime abord insensée, ne deviendra pas réalité dans quelques décennies. La science n’a pas de limite !

Plusieurs phrases à méditer ponctuent ce roman. En voici un exemple parmi tant d’autres : « Peut-être devenons-nous ceux qui nous manquent. Peut-être remplissons-nous le vide, par angoisse du vide. Peut-être cristallisons-nous ce qu’ils ont été pour les garder auprès de nous toujours. »

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.


Le lundi 18 février, à Radio VM (91,3 FM), de 17 h 45 à 18 h, dans le cadre de Culture à la carte, je m’entretiendrai avec le metteur en scène Jean-Simon Traversy, qui viendra nous parler de la pièce Le Terrier de David Lindsay-Abaire, présentée chez Duceppe jusqu’au 23 mars 2019.

Lundi dernier, je recevais Diane Charbonneau, conservatrice des arts décoratifs modernes et contemporains et de la photographie du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), venue nous parler de l’exposition États d’âmes, esprit des lieux : photographies de la collection Lazare, présentée au MBAM jusqu’au 28 avril 2019.



Les Irrésistibles de Marie-Anne ont aussi leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*