06 sept 2018

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Il y a dix ans cette année, l’écrivaine québécoise Dominique Fortier nous offrait son premier roman, Du bon usage des étoiles. L’auteure nous faisait alors naviguer aux côtés de sir John Franklin tandis qu’une décennie plus tard, le voyage se poursuit avec Les Villes de papier (Alto, 2018) : une incursion dans l’univers d’Emily Dickinson (1830-1886).

Êtes-vous de ceux et celles qui ont lu l’œuvre de cette poétesse américaine qui, de son vivant, n’a vu que quelques-uns de ses poèmes publiés ? Si tel n’est pas le cas, je vous garantis qu’après la lecture des Villes de papier, vous aurez envie de découvrir la poésie de cette femme énigmatique dont l’écriture peut être considérée comme avant-gardiste.

Les Villes de papier est un récit bien ancré dans la réalité du XIXe siècle, tout en laissant place à l’imagination de Dominique Fortier qui, de manière intercalaire, y inclut pour une rare fois, des éléments de sa propre vie alors qu’au début des années 2010, elle vivait à Boston en compagnie de son mari et de sa fille Zoé.

Que sait-on réellement d’Emily Dickinson, née en 1830 à Amherst, dans le Massachusetts ? Au final, peu de choses. Et pourtant, elle a écrit des milliers de poèmes – découverts après sa mort par sa sœur Lavinia – et a tenu une correspondance régulière avec ses amis et sa famille.

Il n’existe qu’une seule photo prise alors qu’elle avait 16 ans. Également, comme il a été numérisé, on peut consulter en ligne l’herbier conçu par Emily qui comprend « 424 spécimens de fleurs et de plantes ». L’original, comme ses manuscrits, sont en lieu sûr à la Houghton Library de l’Université Harvard. Observez la page couverture des Villes de papier, vous avez un exemple de son herbarium.

Emily a vécu auprès de son père Edward, avocat et plus tard gouverneur de l’État du Massachusetts, de sa mère Emily Norcross, de sa jeune sœur Lavinia et de son frère Austin. Elle va à l’école, fait des études au séminaire pour filles du Mount Holyoke, puis revient vivre chez elle, à Homestead.

Un jour, Emily décide de ne s’habiller que de blanc, de vivre minimalement. Son univers s’est lentement refermé sur son village d’Amherst, son jardin, sa demeure, sa chambre où elle est restée confinée la majorité du temps dans les dernières années de sa vie.

Est-ce qu’Homestead, sa maison, était sa source d’inspiration, son refuge ? Emily était-elle plutôt agoraphobe ou souffrait-elle d’un délire quelconque ? Je ne le crois pas. Je pense qu’elle désirait simplement se concentrer sur ce qu’elle aimait le plus au monde, écrire.

Je me suis demandé à la lecture des Villes de papier pourquoi plusieurs pages étaient restées vierges. Une question de typographie ? Possible. Pour ma part, le goût m’est venu d’y transcrire des poèmes d’Emily Dickinson.

La plume de Dominique Fortier est sensible, musicale et imagée. Le livre nous donne à lire de belles phrases sur lesquelles on peut rêver. Un exemple parmi tant d’autres, au sujet d’Emily : « Depuis quelques jours, dès qu’elle pose la tête sur l’oreiller, elle entend des cloches. Après avoir passé sa vie à douter de Dieu, elle a une cathédrale dans la tête. »

Dans la chambre d’Emily, des livres et encore des livres, partout des manuscrits. Et comme le dit si joliment Dominique Fortier, page 44 : « Chaque livre en contient cent. Ce sont des portes qui s’ouvrent et ne se referment jamais. Emily vit au milieu de cent mille courants d’air. Toujours il lui faut une petite laine. » C’est la grâce que je nous souhaite : vivre au milieu de courants d’air. Ce livre est un poème en soi, cousu de fines dentelles.


Un petit mot pour vous dire que je reprends, à compter de lundi prochain, ma chronique à la radio où il sera question de théâtre et d’arts visuels par le biais d’entrevues. C’est un rendez-vous !

Donc, le lundi 10 septembre, à Radio VM (91,3 FM), de 17 h 45 à 18 h, dans le cadre de Culture à la carte, je m’entretiendrai avec la metteure en scène Édith Patenaude, qui nous parlera de la pièce Oslo de J.T. Rogers, présentée chez Duceppe jusqu’au 13 octobre 2018.


Pour souligner le 20e anniversaire de la bibliothèque Robert-Bourassa, nous poursuivons nos entretiens avec des résidents d’Outremont.

Voici les deux derniers épisodes en compagnie de Minou Petrowski, critique de cinéma, romancière, animatrice-recherchiste pour la radio et la télévision.

Partie 7. Minou Petrowski nous parle de Gabrielle Roy et du Manitoba.

Réalisation : Stéphane Richard.

Entrevue menée par Marie-Anne Poggi.



Partie 8. Coup de cœur pour la suite romanesque La Lumière des Justes d’Henri Troyat.



Les Irrésistibles de Marie-Anne ont aussi leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*