19 juil 2018

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

J’ai été agréablement surprise par le roman de Marion Brunet, L’Été circulaire (Albin Michel, 2018), qu’on ne peut laisser avant la dernière page. Ne connaissant pas l’auteure, je ne savais pas à quoi m’attendre, mais j’ai découvert une écrivaine qui a le sens du dialogue et de l’intrigue.

Au moment où j’ai lu ce livre, nous étions dans une période de très grosses chaleurs et à chaque fois que je parlais de ce roman à des amis, je faisais l’erreur de dire « l’été caniculaire ». Erreur de circonstances !

L’histoire se déroule de nos jours, sur une période d’environ un an, dans une petite localité du Luberon, pas très loin de Cavaillon. C’est l’été, il fait chaud. Parmi les gens du coin, les familles Gomez et Bardin.

Manuel Gomez est le meilleur ami de Patrick Bardin. Ils se connaissent depuis le début des années 90 et travaillent ensemble comme maçons sur des chantiers. Ils ne sont pas riches mais pas pauvres non plus. Leur vie manque de piquant, certes, mais ils s’en contentent.

Manuel, en couple avec Séverine depuis 20 ans, se sent déjà vieux à 38 ans. À 17 ans, Séverine s’est retrouvée enceinte de Céline, sa première fille ; l’année suivante, elle donnait naissance à Johanna, dite Jo. Les parents de Séverine ne vivent pas très loin de chez elle et ont une propriété sur laquelle poussent cerises, melons et raisins.

Patrick est marié à Valérie. Ils n’ont pas eu la chance d’avoir d’enfants et ce n’est pas faute d’avoir essayé. Si Valérie travaille chez Crudette, Séverine, elle, est cantinière à l’école du village, tout en effectuant d’autres tâches. Ce n’est pas le pactole, mais elle ne rechigne pas à l’ouvrage.

Manuel n’aime pas les Arabes et pourtant ses filles sont très amies avec Saïd, un voisin de 18 ans qui connaît Céline depuis la maternelle et qui en pince pour Jo. Saïd et sa mère, Kadija, travaillent comme ouvriers agricoles saisonniers pour les parents de Séverine.

Les sœurs dorment dans la même chambre, car la maison n’est pas assez grande pour faire autrement. Jo vient de terminer son secondaire, entrera en septembre au lycée et pourtant, elle ne rêve que de partir. Elle est différente de Céline qui, à 16 ans, se retrouve enceinte. Colère du père. Consternation de Séverine qui en veut à sa fille de lui faire revivre le film de sa propre grossesse. Le hic, c’est que Céline ne veut pas dévoiler qui est le père de l’enfant. Pourquoi ne veut-elle rien dire ? Que cache son silence ?

Ces quelques lignes ne sont que le début, la mise en place, le hors-d’œuvre. Ce qui fait la force de ce roman, c’est que Marion Brunet a réussi à rendre prenant le quotidien de gens ordinaires, qui vivent dans un lieu où il ne se passe pas grand-chose, loin des grands centres, où la vie coule comme la Durance.

Et que dire du style ? L’auteure utilise souvent l’apocope – retrancher une partie d’un mot –, ce qui rend le récit encore plus crédible. Plus on avance dans notre lecture, plus le ciel s’assombrit dans cet « été circulaire ». L’orage n’est pas loin, éclatera-t-il ou pas ? La confrontation aura-t-elle lieu ? Si oui, entre qui et qui ? Bonne lecture !


L’année 2017 marquait le 375e anniversaire de Montréal. Pour souligner l’événement, les Irrésistibles avaient donné la parole à un membre de l’équipe du musée Pointe-à-Callière.

Nous vous invitons à écouter la troisième et dernière partie d’un entretien réalisé avec Hendrik Van Gijseghem, chargé de projet à Pointe-à-Callière, sur les débuts de la colonie de Montréal.

Ce que vous entendrez et verrez, entre autres, c’est comment le musée Pointe-à-Callière a permis de préserver le lieu même où a été fondée Montréal le 17 mai 1742… Bonne écoute !

Réalisation : Stéphane Richard.



Les Irrésistibles de Marie-Anne ont aussi leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*