17 mai 2018

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Je suis loin d’être une spécialiste en art contemporain, mais plus je vois d’expositions, plus j’y prends plaisir. J’ai été enchantée par l’œuvre de Bharti Kher, née en 1969 à Londres et qui, depuis bientôt 30 ans, demeure à New Delhi, son point d’ancrage, son lieu de travail.

La nouvelle exposition, Points de départ, points qui lient, que présente dans le Vieux-Montréal la fondation pour l’art contemporain DHC/Art jusqu’au 9 septembre 2018, est un dépaysement total, sensuel et hypnotique. J’ai eu le privilège de participer à une visite guidée en compagnie de l’artiste et de la commissaire de l’exposition, Cheryl Sim, ce qui m’a beaucoup aidée à la compréhension de la démarche de Bharti Kher.

Cette exposition donne à voir une quarantaine d’œuvres réalisées entre 2007 et 2018, qui parlent surtout du corps en utilisant des matériaux de manière fort originale tels des bindis – vous savez ce fameux point porté au centre du front par des femmes indiennes. Il y a également des moulages de plâtre, des tableaux, des cartes géographiques, des sculptures drapées de saris parfois trempés dans de la résine.

J’ai tout aimé de cette exposition, mais j’ai été plus particulièrement saisie par deux œuvres : Six Women (2013-2015) où l’on voit, comme l’indique le titre, six femmes nues d’âges différents, moulées dans du plâtre. Ces femmes, des « travailleuses du sexe » à Kolkata, assises côte à côte, sont fascinantes à regarder. Chacune a une particularité qui la distingue de sa voisine, mais elles ont toutes les yeux fermés ; on ne sait pas si elles se reposent, se recueillent ou réfléchissent. Émouvant !

Une absence de cause assignable / An Absence of Assignable Cause (2007) montre le cœur d’une baleine bleue « créé à l’échelle et enveloppé d’une pellicule de bindis ». Qu’a voulu nous dire Bharti Kher en créant ce cœur en fibre de verre ? Chacun peut y aller de son interprétation, peu importe la réponse, l’effet est percutant !

Très belle découverte que l’oeuvre de cette artiste qui foulait le sol montréalais pour la première fois. Le travail de Bharti Kher est enraciné dans son temps tout en se référant à certaines traditions indiennes. Il y a quelque chose d’envoûtant dans sa technique et une énergie se dégage de ses réalisations parfois très colorées. Vraiment, Points de départ, points qui lient est une exposition inspirante !


Cette semaine, pour souligner le 20e anniversaire de la bibliothèque Robert-Bourassa à Outremont, Christiane St-Onge, chef de section et responsable de la bibliothèque, nous parle de son implication dans le milieu des bibliothèques de 1971 à aujourd’hui.



Les Irrésistibles de Marie-Anne ont aussi leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*