08 fév 2018

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

J’aime plonger dans la grande Histoire, même si mes connaissances sont remplies de trous comme le fromage suisse. C’est l’une des raisons pour lesquelles je ne rate jamais l’occasion d’aller dans les musées, car j’y apprends toujours beaucoup tout en profitant de la beauté des œuvres et du bonheur qu’elles me procurent.

Ainsi, en me rendant la semaine dernière au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), je me suis régalée en voyant Napoléon. Art et vie de cour au palais impérial, exposition présentée jusqu’à 6 mai 2018 et qui prendra ensuite la route de Richmond puis de Kansas City avant de terminer son parcours à Fontainebleau en avril 2019.

Cette exposition est intelligente, stimulante et reste accessible au plus grand nombre. La scénographie conçue avec la collaboration d’Architem et Graphics eMotion, sous la direction de Sandra Gagné, chef de la Production des expositions au MBAM, est inventive et redessine les salles du pavillon Michal et Renata Hornstein de manière fort agréable.

Qui n’a pas déjà entendu parler de Napoléon (1769-1821), mort à Sainte-Hélène il y a bientôt 200 ans ? Je me suis souvent demandé comment il se faisait que l’on parle encore autant de lui aujourd’hui alors qu’il n’a été empereur qu’une dizaine d’années et que l’armée napoléonienne a connu la défaite le 18 juin 1815 à la bataille de Waterloo ?

Pour réussir à nous présenter dans l’état actuel quelque 400 œuvres et objets d’art provenant d’une cinquantaine de prêteurs importants – le château de Fontainebleau, le Mobilier national, le Musée du Louvre, plusieurs musées américains et d’autres institutions encore –, l’équipe du MBAM a mis cinq ans de travail sans compter les heures de restauration…

C’est grâce à l’apport inestimable du collectionneur et mécène Ben Weider (1923-2008), qui a cédé au Musée sa collection d’objets, que le Musée s’est engagé dans cette fabuleuse aventure…

Une mention spéciale à Sylvain Cordier, conservateur des arts décoratifs anciens au MBAM et commissaire de l’exposition, qui a insufflé sa passion à ce projet et qui l’a, d’une certaine manière, porté à bout de bras avec le soutien, bien sûr, de Nathalie Bondil, directrice et conservatrice en chef du MBAM.

Cinq résidences ont appartenu à Napoléon 1er, où oeuvraient quelque 3500 employés et serviteurs. On nous explique que l’exposition « s’articule autour du rôle des principales personnalités au service de la famille impériale, qui contribuent à façonner l’image du pouvoir ».

Nous sommes ici conviés à pénétrer dans la maison dite « de l’Empereur » à Fontainebleau, lieu même du pouvoir impérial. Chaque salle comporte son lot de surprises, de découvertes, du plafond au plancher, du mobilier aux habits, tableaux, sculptures, tapisseries, coutellerie… Certaines pièces sont admirables et montrées pour la première fois.

Déjà à son époque, Napoléon avait sa marque « de commerce » avec son fameux « N » qui l’identifie instantanément, sans oublier l’aigle et les abeilles.

Comme toujours, le Musée propose des activités complémentaires : conférences, films, concerts… ainsi que des visites offertes par des guides bénévoles, un audioguide et un catalogue fabuleux, une somme de 352 pages.

Napoléon. Art et vie de cour au palais impérial nous donne assurément le goût d’en connaître un peu plus sur cette période du Premier Empire et pourquoi pas, de revoir l’exposition à Fontainebleau en 2019.

Je suis repartie enchantée de ma visite, je suis certaine qu’il en sera de même pour vous !


Le lundi 12 février, à Radio VM (91,3 FM), de 17 h 45 à 18 h, dans le cadre de Culture à la carte, je m’entretiendrai avec l’auteure Fanny Britt, qui nous parlera de sa pièce Hurlevents – inspirée de l’œuvre d’Emily Brontë –, présentée au théâtre Denise-Pelletier jusqu’au 17 février 2018.

Lundi dernier, je recevais la comédienne Sylvie Drapeau, venue nous parler de la pièce L’Homme éléphant de Bernard Pomerance, présentée au Théâtre du Rideau Vert jusqu’au 3 mars 2018, mais également de son récit L’Enfer, qui vient de paraître chez Leméac.



Les Irrésistibles de Marie-Anne ont aussi leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*