29 juin 2017

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Je vous mets au défi de ne pas remuer la tête de droite à gauche ou d’agiter un pied en allant voir l’exposition You Say You Want a Revolution ? Records and Rebels 1966-1970 présentée au Musée des beaux-arts (MBAM) jusqu’au 9 octobre prochain… Personnellement, je n’ai jamais autant eu envie de chanter et de danser au Musée. Attention, c’est contagieux !

Voici, après La Balade pour la Paix sur la rue Sherbrooke, un autre bon coup de la part de l’équipe du musée. Organisée par le Victoria and Albert Museum (V&A) de Londres en collaboration avec le MBAM, cette exposition va ravir les amoureux de la musique, les nostalgiques des années 60, ceux qui ont un faible pour les Beatles, les Rolling Stones, The Who, les Beach Boys ou Jimi Hendrix, David Bowie, Bob Dylan, Leonard Cohen, Robert Charlebois, Pagliaro.

En traversant l’Atlantique, Révolution a bénéficié d’un volet québécois, orchestré de très belle façon par la commissaire Diane Charbonneau, conservatrice des arts décoratifs modernes et contemporains et de la photographie, et par Marie-Claude Senécal, réalisatrice à Ici Musique, pour la partie musicale. Initiative pertinente, car il n’y a pas qu’en Angleterre, en France, à New York, à San Francisco… où l’on militait pour faire avancer les choses. Le Québec était aussi en pleine effervescence.

L’exposition évoque donc aussi des événements marquants autant du côté d’Expo 67, de Mai 68 que de l’Osstidcho, du bed-in au Reine Elizabeth avec John Lennon et Yoko Ono, en passant par la Crise d’octobre et Woodstock. Ouf ! Je vous garantis, il y en a vraiment pour tous les goûts.

Cette plongée au coeur de la deuxième partie des années 60 (1966-1970) nous fait réaliser combien ces années furent riches, stimulantes et innovatrices. Y-a-t-il eu quelque chose d’aussi électrisant depuis ?

En plus d’en mettre plein la vue et les oreilles, la scénographie est tout simplement épatante. Sandra Gagné, chef de la production des expositions au MBAM, sous la direction de Nathalie Bondil en collaboration avec Paprika et Silent Partners Studio, à la conception et à l’adaptation vidéo, ont fait un travail remarquable. On déambule, d’une salle à l’autre, en étant un peu plus décoiffé à chaque fois.

C’est grâce à la compagnie allemande Sennheiser et à leur casque d’écoute de grande qualité, que nous pouvons profiter pleinement de cette expérience musicale, puisqu’elle s’ajuste à notre parcours et au gré des œuvres.

Sept cents œuvres (affiches, photographies, sérigraphies, lithographies) de centaines d’artistes, documents (couvertures de magazine, pochettes de disques, lettres, livres), objets de design (tourne-disques, chaises, lunettes), vêtements, instruments de musique, extraits de films nous rappellent l’importance qu’ont eue tous ces artistes et mouvements des années 60.

Je ne sais pas ce que serait notre vie sans la musique, mais chose certaine, cette exposition nous rend heureux et de bonne humeur. Hypnotisée par ma visite de trois heures, je n’avais qu’une envie : faire mon propre bed-in au MBAM pour prolonger encore un peu ce moment privilégié.


Les Irrésistibles de Marie-Anne ont maintenant leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*