18 mai 2017

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

J’ai enfin pu voir le film d’Alexis Durand-Brault C’est le coeur qui meurt en dernier, d’après le récit de Robert Lalonde publié aux éditions du Boréal en 2013. Une réussite sur toute la ligne…

C’est par petites touches que nous recollons l’histoire de Julien Lapierre (Gabriel Sabourin, fabuleux), puisque le film est composé de flash-back, alternant de 1977 à 2011.
Aujourd’hui âgé de 47 ans, Julien, célibataire sans enfants, tente de percer comme écrivain, tout en travaillant dans une usine. Henri, son ami d’enfance (Paul Doucet), est convaincu que Julien peut remporter le prix du Gouverneur général avec son récit autobiographique qui vient de paraître.

On fait également connaissance avec Mme Lapierre (interprétée à 82 ans par Denise Filiatrault et à 48 ans par Sophie Lorain), une femme peu instruite qui aime écouter de la musique et tout particulièrement Harry Belafonte. Cela fait huit ans qu’elle n’a pas revu son fils avec qui elle a coupé les ponts.

Madame Lapierre vit dans une résidence pour personnes âgées, à l’étage sécurisé, car sa mémoire est de plus en plus défaillante. À chacune de ses visites, Julien tente de se rapprocher d’elle, de s’expliquer, de crever l’abcès d’un secret.

Distribution quatre étoiles, une mention spéciale à Denise Filiatrault pour son retour au cinéma après 25 ans d’absence (si on ne compte pas le bref rôle qu’elle tenait en 2012 dans le film de Xavier Dolan, Laurence Anyways) et la musique de Cœur de Pirate d’une beauté sans mots.

Tout en retenu, le jeu des comédiens est touchant, tendre et senti. Alexis Durand-Brault a su éviter le piège du pathos, du trop plein. N’oubliez pas vos mouchoirs, car vous en aurez besoin !

Si c’est le cœur qui meurt en dernier, j’espère au moins que ce film ne quittera pas trop vite nos écrans et qu’il remportera plusieurs prix. À suivre !


Voici la 3e capsule vidéo (6 min. 34 s.) captée par Stéphane Richard lors de la 9e remise du prix du Club des Irrésistibles qui s’est tenue à la bibliothèque Robert-Bourassa à Outremont le 24 avril dernier.

Cette semaine, le roman L’Amie prodigieuse. 1, Enfance, adolescence d’Elena Ferrante (Gallimard, 2011, 2014) qui s’est retrouvé en 3e position, ex aequo avec Trois jours et une vie de Pierre Lemaitre (Albin Michel, 2016). Bonne écoute !




Les Irrésistibles de Marie-Anne ont maintenant leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*