27 avr 2017

Le Billet de la semaine

Bonjour,

Un grand merci à vous tous et toutes qui avez participé à cette 9e remise du prix du Club des Irrésistibles qui s’est tenue à la bibliothèque Robert-Bourassa à Outremont.

La Femme qui fuit d’Anaïs Barbeau-Lavalette (Marchand de feuilles, 2015) a obtenu la faveur des membres du jury et remporte le prix du Club des Irrésistibles 2017.

La lutte fut serrée et les débats passionnants, encore une fois.

En 2e position, Inconnu à cette adresse de Kathrine Kressmann Taylor (Autrement, 1938).

En 3e position, Trois jours et une vie de Pierre Lemaitre (Albin Michel, 2016)
ex aequo avec :


L’Amie prodigieuse. 1, Enfance, adolescence d’Elena Ferrante (Gallimard, 2011, 2014).

En 4e position, Le Mystère Henri Pick de David Foenkinos (Gallimard, 2016).

Voici le mot envoyé par Anaïs Barbeau-Lavette lorsqu’elle a appris qu’elle avait remporté le prix du Club des Irrésistibles 2017 :

« Merci immense pour ce prix qui me fait vraiment plaisir.

Ce souffle aux ailes, que me procure finalement cette grande absente, relève de l’extraordinaire…

Votre mot de reconnaissance est magnifique.

Merci encore, à vous, aux lecteurs, aux bibliothèques et à ceux qui les font vivre. »

Anaïs BL

Grâce à notre vidéaste Stéphane, vous pourrez voir et entendre durant les prochaines semaines des extraits des commentaires des membres du jury sur les titres qui étaient en lice. À suivre !


Le dernier qui sort éteint la lumière (Québec Amérique, 2017) est le plus récent titre pour adolescents que publie le prolifique Simon Boulerice.

Le narrateur Arnold Aubert-Morin ainsi qu’Alia, sa sœur jumelle, vont avoir 13 ans le 13 mai prochain. Ils ont décrété que ce serait leur année chanceuse.

Pour leur anniversaire, leurs papas Édouard Aubert, dit Poupa, et Julien Morin, dit Papou, ont décidé de leur écrire, chacun leur tour durant 13 jours, une lettre où ils se racontent. Ils relatent, entre autres, leur première rencontre il y a 16 ans de cela dans un bar discothèque, l’achat de leur maison acquise en 2002 – où ils demeurent toujours –, comment ils sont devenus papas… mais surtout, ils dévoileront enfin qui est le père biologique qui a permis à Marraine Sandrine de porter leurs enfants. Est-ce Poupa, le professeur de sciences au cégep, ou Papou qui travaille en garderie ?

Mais il n’y a pas que leurs lettres dans ce roman de 211 pages. Il y a aussi le quotidien des jumeaux qui se déroule entre l’école et la maison, leurs amis, leurs activités, le plaisir qu’ils ont à écouter leurs émissions préférées…

Alia désire devenir comédienne tandis qu’Arnold préfère dessiner. Ce sont des êtres attachants et complémentaires. Simon Boulerice, lui, aime écrire pour les jeunes et ça transparaît avec Le dernier qui sort éteint la lumière. On retrouve les thèmes chers à l’auteur et une façon bien à lui de les aborder, parfois avec un peu de maladresse, souvent avec beaucoup de tendresse, et au final, on s’attache aux membres de cette famille Aubert-Morin que l’on voudrait avoir comme voisins.


Lundi dernier, je recevais Martin Faucher, codirecteur général et directeur artistique du Festival TransAmériques (FTA), venu nous parler du volet danse de la programmation 2017, festival qui se tiendra du 25 mai au 8 juin.



Les Irrésistibles de Marie-Anne ont maintenant leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*