30 mar 2017

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

J’ai toujours fréquenté et aimé l’œuvre d’Albert Camus. Ses écrits sont d’une vérité qui, parfois, fait mal à lire et à entendre. À travers son cycle de l’absurde, Camus nous confronte à nous-mêmes.

Le Caligula que présente le Théâtre du Nouveau Monde (TNM) jusqu’au 14 avril va marquer cette institution. Grand moment théâtral, une réussite du début à la fin, à commencer par cette distribution impressionnante de 14 comédiens (Benoît Drouin-Germain, Éric Bruneau, Macha Limonchik, Étienne Pilon, Sébastien Dodge, pour ne nommer que ceux-là) dirigés de façon très sentie par René Richard Cyr.

Cette pièce aurait pu être écrite hier, tellement elle est d’actualité. Remplaçons le nom de Caligula par un autre, plus de notre temps, et replaçons l’action dans le contexte d’aujourd’hui et nous n’y verrions que du feu. Car, que fait l’empereur romain Caïus César Caligula (magistral Benoît McGinnis) ? Il souffre de la perte de sa sœur Drusilla (Rebecca Vachon) qu’il aimait d’un amour interdit. Après trois jours d’errance, il revient, mais plus personne ne le reconnaît. Il agit dans la démesure, demande l’impossible, use de violence, jusqu’à ne plus savoir où s’arrêter… Il a le pouvoir et il en fait ce qu’il veut, envers et contre tous.

Brutaliser pour oublier sa propre souffrance ? Dominer l’autre parce que l’on a perdu le contrôle de ses actions ? Caligula sait très bien ce qu’il fait, mais pourquoi persiste-t-il dans l’ignoble ? Après le décès de sa sœur, le bonheur est-il encore possible ? Et l’amour ? L’amitié ? Pendant un court laps de temps, la poésie le fera osciller, mais il ne veut pas y trouver refuge. Il rejette tout en bloc, a perdu confiance en l’être humain, se sent faillible, voudrait être éternel.

La musique de Michel Smith vient encadrer l’action et rajoute un effet encore plus dévastateur à ce qui se joue sous nos yeux. À vos risques et périls : on ne sort pas indemne du TNM !


Le lundi 3 avril, à Radio VM (91,3 FM), de 17h45 à 18h, dans le cadre de Culture à la carte, je m’entretiendrai avec Nicolas Langelier, fondateur du magazine Nouveau Projet et d’Atelier 10.

Lundi dernier, je recevais le metteur en scène Claude Poissant, venu nous parler de la pièce L’Avare de Molière, présentée au Théâtre Denise-Pelletier jusqu’au 8 avril 2017.



Les Irrésistibles de Marie-Anne ont maintenant leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*