12 jan 2017

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Si vous allez faire un tour du côté de la rue Sherbrooke, je vous garantis que vous ne le regrettez pas, car on peut y voir, jusqu’au 26 mars 2017, Notman, photographe visionnaire, exposition réalisée par le Musée McCord, sous la direction de Suzanne Sauvage, présidente et chef de la direction.

Ce n’est pas la première fois bien sûr que le McCord présente des œuvres de ce grand photographe, le premier canadien à connaître une réputation internationale, souvenons-nous, en 1994, de Tout le monde en place ! Les photographies composites de William Notman

Vingt-deux ans plus tard, sous le commissariat d’Hélène Samson, également conservatrice des Archives photographiques Notman, on peut admirer quelque 300 photographies, négatifs sur verre et objets puisés à même la collection de l’institution. Que ce soit des tirages au gélatino-bromure d’argent en passant par ceux sur papier albuminé, ou des photographies composites, lithographies, similigravures, il y en a pour tous les goûts. Et quel plaisir de voir un livre des salaires du studio, ou l’un des 43 répertoires de clients, ou un fauteuil dont s’est servi le studio Notman, ou encore un stéréographoscope.

William Notman qui est né en Écosse en 1826 et est mort à Montréal en 1891, des suites d’une pneumonie, émigra au Canada en août 1856. Ce père de sept enfants ouvrit, quelques mois après son arrivée à Montréal, son premier studio de photographies.

En 1956, les Archives Notman qui avaient été achetées par l’Université McGill pour la somme de 25 000 dollars, se retrouvent aujourd’hui au McCord. Cette collection unique se chiffre à environ 450 000 photographies, 200 000 négatifs sur verre, documents divers et objets. Assez impressionnant, non ?

L’exposition, divisée en quatre thèmes, nous fait mieux connaître William Notman : l’homme d’affaires, celui des réseaux, l’artiste et le bâtisseur. Comme l’indique le titre de l’exposition, Notman était un visionnaire, mais pas seulement ; il était aussi un homme moderne, intuitif, dynamique, innovateur, archiviste et documentariste.

Que pourrait-on voir aujourd’hui du Montréal du XIXe siècle sans l’apport photographique inestimable de William Notman ? Je ne dis pas qu’il a été le seul photographe à croquer la vie des gens et les paysages de cette époque-là, mais il est, sans conteste, l’un des plus grands.

Ah oui, j’allais oublier ! La musique que l’on entend dans la dernière salle a été composée expressément pour l’exposition par Jonathan Cayer… Je vous avertis, c’est un vers d’oreille. Bonne visite !


Le lundi 16 janvier, à Radio VM (91,3 FM), de 17h45 à 18h, dans le cadre de Culture à la carte, je m’entretiendrai avec l’auteur, metteur en scène et comédien Mani Soleymanlou, qui nous parlera de sa pièce 8, présentée à la Cinquième Salle de la Place des Arts jusqu’au 28 janvier 2017, puis au Théâtre français du CNA à Ottawa du 1er au 4 février.

Les Irrésistibles de Marie-Anne ont maintenant leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*