17 nov 2016

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Cette année, les membres du jury de la 9e remise du prix des Irrésistibles connaîtront, dès la mi-décembre, les cinq titres retenus comme finalistes, à partir de vos suggestions tout au long de l’année. Il est donc déjà temps de penser à vous inscrire…
Cette participation ne vous demande que la lecture des œuvres : vous m’enverrez alors le titre de l’ouvrage pour lequel vous voterez.
La remise du prix aura lieu, encore une fois cette année, à la bibliothèque Robert-Bourassa le lundi 24 avril 2017.
Vous avez jusqu’au mercredi 14 décembre 2016 pour me faire savoir si vous désirez être membre du jury. Après cette date, il sera trop tard pour vivre cette expérience, car une fois les titres connus, je ne prends plus d’inscriptions.
Si vous avez mon adresse courriel, vous m’écrivez un petit mot pour me donner votre nom, sinon, vous le faites via le site web des Irrésistibles à même l’Infolettre.

Comme moi, êtes-vous une personne qui posez beaucoup de questions ? En tous cas, en lisant le dernier opus de Michel Tremblay, Conversations avec un enfant curieux (Actes Sud, Leméac, 2016), j’ai été rassurée de voir que je n’étais pas la seule. L’adulte que l’auteur est devenu a sûrement depuis le temps trouvé réponses à plusieurs des questions soulevées dans ce récit, mais je me demande si Michel Tremblay continue de se questionner autant sur d’autres sujets que ceux abordés ici : Qu’est-ce qu’une crèche, maman ? C’est quoi un « bridge », papa ? « Aimez-vous-tu ça, vous, les films, ma tante Tititte ? » « C’est quoi que t’as aimé le plus dans Bambi ? Et il en va ainsi durant la quarantaine d’histoires qui peuvent être lues dans l’ordre ou le désordre : certaines ne font que quelques lignes, d’autres une dizaine de pages ; plusieurs nous font sourire, d’autres sont plus touchantes, comme Peter Pan, ma préférée et la dernière du livre.
Tremblay aborde le troisième secret de Fatima, Jésus, le Saint-Esprit, Pie XII ou, dans un autre registre, il nous présente Mlle Karli, enseignante, alors qu’il fréquentait l’école Bruchési sur le boulevard Saint-Joseph, ainsi que monsieur Locas, le coiffeur qui y va un peu fort sur le ciseau ; on salive en lisant les quelques pages sur le fameux smoked meat du Three Minute Lunch dont raffole la mère de Michel Tremblay, ou lorsqu’il est question de la tarte aux pommes que l’auteur voudrait bien manger à d’autres moments que durant le temps des Fêtes.
On retrouve l’univers de Bonbons assortis (2002), des Vues animées (1990) ou d’Un ange cornu avec des ailes de tôles (1994). Malgré le fait qu’ils « s’étrivent » souvent, Michel Tremblay et sa mère partagent de beaux moments quand il s’agit de lecture (Victor Hugo, Gabrielle Roy), de radioroman (Roland Chenail et Yvette Brind’Amour) ou de téléthéâtre.
Michel Tremblay a finalement accompli le rêve de sa mère : écrire. « […] moi aussi à ton âge je voulais écrire. J’voulais devenir la plus grande écrivain du Canada. Écrire des livres que tout le monde lirait, que tout le monde admirerait ! »
Même si le jeune Michel Tremblay est souvent « tombé sur les nerfs » des membres de sa famille, de ses professeurs et de combien d’autres encore, sa curiosité nous a procuré de grands plaisirs de lecture.

Le lundi 21 novembre, à Radio VM (91,3 FM), de 17h45 à 18h, dans le cadre de Culture à la carte, petit florilège de mes dernières sorties théâtrales ainsi que mes coups de cœur muséaux. C’est un rendez-vous !

Lundi dernier, je recevais le metteur en scène Michel Poirier, venu nous parler de la pièce Nos Femmes d’Éric Assous, présentée chez Duceppe jusqu’au 3 décembre 2016.

Culture à la carte – 20161114 - M.-A. Poggi – Michel Poirier.

Les Irrésistibles de Marie-Anne ont maintenant leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*