15 sept 2016

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Tout un défi que de vous parler du dernier David Foenkinos, Le Mystère Henri Pick (Gallimard, 2016)… Il y a tellement de personnages, pour une rare fois d’ailleurs dans l’œuvre de l’auteur, plusieurs intrigues parallèles qui ont un lien entre elles, que je ne sais par où commencer.
À Burlington, au Vermont, il y a la Brautigan Library qui ne recueille que des manuscrits dont aucun éditeur n’a voulu ; à Vancouver, on retrouve la bibliothèque des livres refusés et maintenant, grâce à Foenkinos, il y en a une autre dans le Finistère, à Crozon, qui a ouvert ses portes en 1992. C’est le bibliothécaire Jean-Pierre Gourvec qui a mis sur pied ce lieu unique de textes de langue française. Solitaire, érudit, Gourvec se consacre entièrement à cette bibliothèque qui, succès oblige, a eu la permission d’agrandir les locaux et de retenir les services d’une assistante en la personne de Magali Croze.
Pendant ce temps, à Paris, Delphine Despero, d’origine bretonne et fille de professeurs, a été engagée comme éditrice chez Grasset, après avoir complété des études de lettres à Rennes. Elle se verra même chargée de « jeter un œil aux manuscrits envoyés par la poste ».
Delphine deviendra la petite amie de Frédéric Koskas, un écrivain, publié chez Grasset. Lors d’une visite en Bretagne chez les parents de Delphine, celle-ci et Frédéric iront faire un tour à la bibliothèque des livres refusés et reviendront en disant qu’ils sont « tombés sur un chef-d’œuvre » : Les Dernières Heures d’une histoire d’amour. Ils découvriront que le livre a été écrit par un certain Henri Pick, résident de Crozon, ayant tenu, durant des décennies, une pizzeria. Ils veulent absolument le rencontrer. Petit problème : Pick est décédé il y a deux ans.
Chut ! Pas un mot de plus. Je vous laisse le plaisir de découvrir la suite.
Soyez attentifs car, comme le Petit Poucet, Foenkinos parsème son histoire d’indices qui nous permettent de spéculer sur ce mystère. Sinon, il vous faudra, comme moi, attendre à la toute fin, pour mettre ensemble les morceaux du puzzle.
Bien sûr, il ne faut pas s’attendre à retrouver un deuxième Charlotte (2014) – d’ailleurs l’auteur y fait un petit clin d’œil, page 138 –, mais j’ai quand même pris grand plaisir à lire Le Mystère Henri Pick.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Le lundi 19 septembre, à Radio VM (91,3 FM), de 17h45 à 18h, dans le cadre de Culture à la carte, je m’entretiendrai avec Lorraine Pintal, directrice générale et artistique du Théâtre du Nouveau Monde (TNM), qui nous parlera des 65 ans de l’institution et de la pièce Tartuffe de Molière, présentée jusqu’au 22 octobre 2016.

Lundi dernier, je recevais Luce Pelletier, directrice artistique du Théâtre de l’Opsis et metteure en scène de la pièce Clara, adaptation du roman d’Anne Hébert, Aurélien, Clara, Mademoiselle et le Lieutenant anglais, présentée à l’Espace Go jusqu’au 1er octobre 2016.

Culture à la carte - 20160912 - M.-A. Poggi - Luce Pelletier

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Les Irrésistibles de Marie-Anne ont maintenant leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*