07 juil 2016

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Le Musée d’art contemporain de Montréal (MAC) met côte à côte deux générations en nous proposant des expositions décoiffantes, intrigantes, obsédantes et qui nous bousculent.
Lizzie Fitch et Ryan Trecartin, artistes américains nés en 1981 qui vivent et travaillent aujourd’hui à Los Angeles, nous en mettent plein les oreilles et la vue avec Priority Innfield : cinq installations dont quatre films (2013) : Junior War, Comma Boat, CENTER JENNY et Item Falls, ainsi qu’une bande sonore d’ambiance de plus de 40 minutes. Si vous voulez tout visionner, il vous faudra compter entre trois et quatre heures. Ces trentenaires nous parlent surtout d’eux, ouvertement, sans inhibition. On aime ou pas, mais cela ne laissera personne indifférent.
Avec l’exposition Habitude de Liz Magor, nous sommes dans le registre du « nous » et non plus du « moi ». Née à Winnipeg en 1948, cette artiste canadienne, qui vit et travaille à Vancouver, nous fait voir des objets trouvés ou achetés dans des magasins à rabais, majoritairement enrobés de gypse polymérisé. Effet saisissant !
Avec Liz Magor, nous pouvons, sans nous tromper, parler de classification, d’organisation, de répétitions sérielles à travers, entre autres, des moulages, des objets recyclés à qui l’artiste donne une seconde vie. Parcours non chronologique qui met de l’avant plus de 70 œuvres ou installations des quarante dernières années.
Mais à quoi fait référence le titre ? À nos habitudes de vie et de consommation. Liz Magor nous invite à des lectures différentes de ses œuvres. Deux exemples : une maison isolée peut nous sembler un endroit paisible et loin de tout mais, dans les faits, pourrait être un lieu qui cache le pire. Un animal qui, à prime abord, paraît calme et endormi, pourrait se réveiller et attaquer. C’est ce qui m’incite à penser qu’on peut y voir tout et son contraire.
L’individu est au cœur des réalisations de Lizzie Fitch et Ryan Trecartin, tandis qu’avec Liz Magor, même si l’être humain n’est pas représenté dans son travail, on le sent qui rôde.
Vous avez jusqu’au 5 septembre pour baigner dans une atmosphère aussi étrange que fascinante !

Les Irrésistibles de Marie-Anne ont maintenant leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Cette semaine, écoutez mon coup de cœur pour l’exposition Fragments d’humanité. Archéologie du Québec, présentée au Musée Pointe-à-Callière jusqu’au 8 janvier 2017.

Irrésistibles 20160707

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*