28 avr 2016

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Je suis passée par toute la gamme des émotions en allant chez Duceppe voir la pièce de Michel Tremblay Encore une fois, si vous permettez, présentée jusqu’au 14 mai.
Vous avez peut-être, comme moi, vu les productions antérieures : en 1998, le Théâtre du Rideau Vert offrait les rôles à Rita Lafontaine et André Brassard, tandis que le Théâtre d’Aujourd’hui, dix ans plus tard, donnait le plateau à Louison Danis et Daniel Simard… À chaque fois, j’avais été éblouie, émue, touchée par le texte et le jeu des interprètes. Il en fut de même avec Guylaine Tremblay et Henri Chassé – le narrateur, l’alter ego de l’auteur – qui reprennent cette partition d’une heure trente, sans fausses notes.
Guylaine Tremblay, qui s’était faite rare au théâtre ces dernières années, est à la hauteur du talent qu’on lui connaît. Elle incarne Nana, la mère de l’auteur, avec la maestria des grandes comédiennes, tandis qu’Henri Chassé la seconde fort bien.
Cinq moments nous sont présentés de la vie de cette femme, native de la Saskatchewan, qui prend à partie son fils à différents âges (8, 10, 12, 18 et 20 ans). Elle en profite pour raconter des anecdotes familiales, plus savoureuses les unes que les autres ; elle nous montre son talent de tragédienne et de comique avec son sens de l’exagération ; elle discute avec son fils de leurs dernières lectures ou d’un téléthéâtre vu la veille au soir mettant en vedette Huguette Oligny, etc.
Et que dire de cette langue unique de Michel Tremblay ? On en redemande ! Cette pièce, qui n’a pas pris une ride, est un hymne d’amour d’une mère à son fils, aux livres, au théâtre, aux comédiens, au pouvoir des mots et de la rêverie…
Malheureusement, Rhéauna Rathier, car tel est son nom, est morte en 1963, juste avant que Michel Tremblay ne devienne un auteur connu et reconnu. Nana aurait été fière de son fiston. Michel Poirier signe une mise en scène sobre et efficace ; toute la place est donnée au texte et aux comédiens. Vous dire combien j’ai ri et pleuré…
Cette pièce intemporelle et inoubliable, je vais retourner la voir, encore une fois, si vous le permettez !

Article publié la semaine dernière dans le Journal d’Outremont suite à la remise du prix des Irrésistibles 2016 : journaloutremont.com/nouvelles/vie-culturelle/le-titre-de-l-annee-choisi-a-la-bibliotheque-robert-bourassa

Voici un extrait des points de vue concernant les 1ère et 2e positions :

1ère position : https://www.youtube.com/watch?v=BYAyubvSlXs

2e position : https://www.youtube.com/watch?v=Mfe2Xby4VGo

Le 5 mai, vous pourrez entendre le débat autour des quatre autres romans finalistes.
Bonne écoute !

Culture à la carte, à radio Ville-Marie, fait relâche jusqu’en septembre prochain.
Merci de votre fidélité tout au long de l’année.

Lundi dernier, je recevais la chargée de projet Élisabeth Côté, venue nous parler de l’exposition Fragments d’humanité. Archéologie du Québec, présentée au Musée Pointe-à-Callière jusqu’au 8 janvier 2017.

Culture à la carte - 20160425 - M.-A. Poggi – Élisabeth Côté

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*