18 fév 2016

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Vous voulez vivre une expérience muséale des plus originales ? Vous avez jusqu’au 27 mars 2016 pour vous rendre au Musée des beaux-arts de Montréal voir l’installation From Here to Ear v. 19.
Depuis quelques années, Nathalie Bondil, la directrice du Musée, donne une place de plus en plus grande à la musique et cette fois, c’est par l’entremise des oiseaux.
Le Musée propose une œuvre inusitée créée par l’artiste français Céleste Boursier-Mougenot qui nous permet de nous familiariser avec 70 diamants mandarins qui posent leurs pattes à Montréal. Ces oiseaux, que l’on retrouve surtout dans les steppes australiennes, appartiennent à un éleveur de la région de Thetford Mine.
En plus d’admirer ces oiseaux qui m’ont fait penser à des juncos, mais avec plus de coloris, on a la possibilité de les observer dans leurs tâches quotidiennes : voler, manger des graines, boire dans des cymbales en cuivre, se faire un nid… Ils piaillent de belles manières et du moment où l’un d’eux se pose sur les cordes de l’une des 14 guitares Gibson disposées un peu partout dans l’espace du Carré d’art contemporain, des riffs bien sentis se font entendre. Précisons que tous les sons sont produits en direct et nous donnent à entendre une symphonie assez unique.
En plus des 10 amplificateurs et des pieds de micro – qui servent de perchoirs aux diamants mandarins –, il y a quatre nichoirs fixés aux murs, comportant chacun une cinquantaine de trous, qui leur permettent de se reposer, dormir ou pondre leur(s) œufs.
Un nettoyage quotidien assure la propreté des lieux et, une fois semaine, un vétérinaire vient vérifier que les « musiciens » se portent bien.
Pourquoi précisément cette colonie d’oiseaux ? Les diamants mandarins ont une grande capacité d’adaptation sociale.
Longue vie à ce projet des plus jouissifs qui en est déjà à sa 19e version !

Tout n’est pas parfait dans Muliats, pièce présentée à la salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier jusqu’au 20 février, mais elle vaut malgré tout le détour.
« Muliats », qui veut dire Montréal en innu, est au cœur de l’action, puisque l’un des protagonistes, Shaniss (Charles Bender) qui habitait sur la réserve de Mashteuiatsh au Lac-Saint-Jean, vient s’établir à Montréal. Shaniss, qui veut maintenant se faire appeler Charles, laisse derrière lui son frère Marco (Marco Collin) avec qui il s’est brouillé et deviendra colocataire d’un Blanc, Christophe (Christophe Payeur), qui tente de mieux comprendre cette communauté innue, parfois en s’avançant de manière bien maladroite, mais touchante.
Natasha Kanapé Fontaine (Blanche), slameuse innue, mais également poète et comédienne, complète la distribution et insuffle une musicalité à ce spectacle d’à peine 55 minutes.
Xavier Huard signe une mise en scène sobre, laissant toute la place au texte qui comporte, certes quelques clichés, mais qui est aussi parsemé de poésie.
Le décor de Xavier Mary, une longue table rectangulaire en bois, carbonisée en son centre, symbolise, peut-être, ce fossé entre les Blancs et les Autochtones.
En innu, le mot « Menuentakuan » est une invitation à prendre le thé, « à s’asseoir un moment pour prendre le temps de discuter. » C’est ce que je vous souhaite de faire autour d’une table après le spectacle. La curiosité envers l’autre n’a jamais tué personne, bien au contraire !

Le lundi 22 février, à Radio VM (91,3 FM), entre 17h40 et 18h, dans le cadre de Culture à la carte, je m’entretiendrai avec le comédien Dany Michaud, au sujet de la pièce Saint-André-de-l’Épouvante de Samuel Archibald, présentée à l’Espace Go jusqu’au 12 mars 2016.

Lundi dernier, je recevais Catherine Vidal, metteure en scène de la pièce Le Miel est plus doux que le sang de Simone Chartrand et Philippe Soldevila, présentée au Théâtre Denise-Pelletier jusqu’au 27 février 2016.

Culture à la carte - 20160215 - M.-A. Poggi - Catherine Vidal

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*