24 déc 2015

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Toute l’équipe des Irrésistibles et moi-même désirons vous souhaiter un très Joyeux Noël ! À n’en pas douter, vous découvriez à minuit ce soir, sous le sapin, une montagne de livres, des certificats cadeaux pour aller au théâtre, au musée, au cinéma…

Jeudi prochain, vous connaîtrez les cinq ouvrages que vous aurez à lire d’ici le 18 avril 2016. Vous avez donc jusqu’au 30 décembre pour m’indiquer que vous désirez être membre du jury pour la remise du 8e prix des Irrésistibles. Après cette date, il sera trop tard pour vivre cette expérience.

Profitez de votre congé des Fêtes pour aller faire un tour du côté de Pointe-à-Callière qui présente, jusqu’au 17 avril 2016, Sur les traces d’Agatha Christie. Fabuleuse exposition qui a de quoi satisfaire les curieux que nous sommes.
Nous connaissons toutes et tous l’écrivaine, la « reine du crime », née le 15 septembre 1890 dans le Devon, en Angleterre. Troisième enfant des Miller, Agatha était une jeune fille timide, solitaire, qui savait déjà lire à quatre ans.
En faisant le tour de l’exposition, on apprend qu’Agatha Christie pratiquait plusieurs sports, qu’elle adorait jardiner, qu’elle a touché au théâtre, à la danse, au chant et au piano. Juste avant la Première Guerre mondiale, elle a suivi des cours d’infirmière et a été assistante apothicaire – ce qui lui servira plus tard lorsqu’elle se mettra à écrire.
La grande voyageuse qu’a été Agatha fut comblée lorsqu’elle est partie, en compagnie de Max Mallowan, son deuxième mari, faire des fouilles archéologiques en Mésopotamie – le nord-est de la Syrie et le nord de l’Irak actuel. Elle se mettra alors à la photographie, tournera des films en 16 mm et aidera son mari archéologue dans diverses tâches.
L’exposition, divisée en huit sections, regorge d’informations et nous laisse voir des notes écrites à la main, des éditions originales, de splendides artefacts, des objets ayant appartenu à Agatha Christie dont sa fameuse machine à écrire, une Remington 1937, une reconstitution de l’Orient-Express a bord duquel elle est montée à quelques reprises, des photos de son enfance, des membres de sa famille et certaines autres de fouilles archéologiques ou de lieux visités…
L’œuvre d’Agatha Christie est traduite dans une centaine de langues et s’est vendue, à ce jour, à plus de deux milliards d’exemplaires. Incroyable, my dear !
De retour chez moi, je n’ai eu qu’une envie : replonger dans l’œuvre de cette auteure prolifique.

Samedi dernier, à RVM (91,3 FM), je recevais la chargée de projet, Élisabeth Monast Moreau, venue nous parler de l’exposition Sur les traces d’Agatha Christie, présentée au Musée Pointe-à-Callière jusqu’au 17 avril 2016.

ENTRACTE - 20151219 - M Poggi - Élisabeth Monast Moreau

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Une réponse pour “Le Billet de la semaine”

Luc Jodoin dit : - 24 décembre 2015

Joyeux Noël !

Pour laisser un commentaire

*