26 nov 2015

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Cette Divine illusion de Michel Marc Bouchard, présentée en supplémentaire au Théâtre du Nouveau Monde (TNM) jusqu’au 12 décembre, est un pur bijou, un grand moment théâtral. Les deux heures cinquante (incluant l’entracte) pourraient en faire hésiter certains. Grave erreur ! Pris par les différents enjeux, on en redemande.
À partir de la réalité, soit l’arrivée en décembre 1905 à Québec de la grande Sarah Bernhardt venue présenter Adrienne Lecouvreur (1849) d’Eugène Scribe et d’Ernest Legouvé, Michel Marc Bouchard a mis sa plume au service de la fiction.
Il a pris comme prétexte la venue de Sarah Bernhardt à Québec pour nous rappeler combien la population était sous l’emprise de l’Église et combien les patrons d’usines avaient leurs propres lois dont celles d’exploiter les femmes et de faire travailler des enfants.
Bien sûr, l’archevêque de Québec n’est pas du tout content de voir « débarquer la divine » et fera tout pour tenter d’annuler les représentations.
Après son inoubliable Christine, la reine-garçon (TNM, 2012), Serge Denoncourt retrouve l’œuvre de Michel Marc Bouchard et signe, encore une fois, une mise en scène intelligente, sensible et des plus efficaces. On sent une chimie, une symbiose entre l’auteur et son metteur en scène. J’ai déjà hâte à leur prochaine collaboration.
Il faut mentionner le travail impeccable de Guillaume Lord à la scénographie, de François Barbeau aux costumes, de Martin Labrecque aux éclairages et de Laurier Rajotte à la musique.
Parmi une excellente distribution, une mention spéciale aux comédiens : Simon Beaulé-Bulman et Mikhaïl Ahooja (les deux jeunes séminaristes), Éric Bruneau (Frère Casgrain), Annick Bergeron (mère de six enfants et ouvrière à l’usine de chaussures) et, bien sûr, notre grande « divine », Anne-Marie Cadieux.
Cette pièce ne serait-elle pas, avant tout, un cri d’amour pour l’art ?
Je vais, dans les prochains jours, me faire plaisir et lire La Divine illusion (éditions Leméac) pour en savourer, à mon rythme, la truculence de certaines répliques et me réjouir, à nouveau, du texte d’un de nos très grands dramaturges.

Ce samedi 28 novembre, à Radio VM (91,3 FM), dans le cadre de l’émission Entracte, je m’entretiendrai avec les comédiens Annick Bergeron et Luc Bourgeois, qui viendront nous parler de cette pièce de Michel Marc Bouchard, présentée au Théâtre du Nouveau Monde jusqu’au 12 décembre 2015.

Première diffusion : le samedi de 12h30 à 13h, en reprise le jeudi suivant, de 17h à 17h30.

Je vous rappelle qu’il est aussi possible d’écouter Entracte en direct à partir du site web de Radio VM

Samedi dernier, je recevais Mani Soleymanlou, metteur en scène de la pièce Cinq à Sept, écrite par Fanny Britt et les trois interprètes, présentée dans la petite salle de l’Espace Go en supplémentaire jusqu’au 12 décembre 2015.

ENTRACTE - 20151121 - M Poggi - Mani Soleymanlou

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*