30 juil 2015

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Je ne suis pas certaine que Les Quatre saisons de l’été (Jean-Claude Lattès, 2015), cinquième roman de Grégoire Delacourt, aura le même succès qu’On ne voyait que le bonheur (2014) et La Liste de mes envies (2012)… Quelques phrases à l’emporte-pièce et trop de bons sentiments m’ont un peu dérangée, mais comme lecture d’été, c’est parfait !
Ce qui est intéressant avec Les Quatre saisons de l’été, ce sont les points communs de chacune de ces histoires en quatre temps, à quatre voix et qui, pour certaines, se recouperont à un moment donné.
Premier constat : tous les chapitres portent des noms de fleurs – Pimprenelle, Eugénie Guinoisseau, Jacinthe et Rose.
Grégoire Delacourt aime faire référence à un auteur ; dans ce roman, il va plutôt du côté de la chanson, celle de Francis Cabrel, Hors saison qui a connu un gros succès à l’été 1999.
De plus, les quatre histoires ont comme point d’ancrage Le Touquet, anciennement Paris-Plage, où les protagonistes se retrouvent pour célébrer le dernier 14 Juillet du siècle.
Certains y vivront leur premier baiser, d’autres tenteront de ressouder leur couple, etc. Mais il faudra attendre l’épilogue qui redonne la parole, dix ans plus tard, à chacun des personnages pour découvrir où ils en sont dans leur vie et quels liens on peut tisser entre quelques-unes des histoires.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*