19 mar 2015

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Après son inoubliable roman Le Sort de Bonté III (2013), voici qu’Alain Poissant publie, toujours aux éditions Sémaphore, T’es où, Célestin ? Natif de Napierville, comme son personnage principal, l’auteur donne la parole à des gens ordinaires qui, durant une période sanglante de notre histoire, voulurent libérer leur coin de pays dominé par les Anglais durant la Rébellion de 1837-1838.
Célestin Verdier est un bon gars qui a perdu son père alors qu’il n’avait que douze ans. Illettré, il se fait engager comme coureur des bois pour la Hudson Bay Company à l’âge de seize ans. À son retour, six ans plus tard, il trouve qu’il a assez voyagé et souhaite s’établir pour fonder une famille. C’est lors d’une soirée dansante qu’il trouve celle qu’il cherchait en la personne de Céleste, qui lui permettra d’être père de huit enfants : un garçon, sept filles.
Devenu cultivateur, Célestin s’occupe de faire fructifier ses lots. Dans cette campagne qu’il aime tant, il aurait pu connaître pour le reste de ses jours un bonheur paisible. Mais s’enclenche la Rébellion des Patriotes. Des regroupements s’organisent pour faire face aux English, comme les nomme Alain Poissant. Fin trentaine, Célestin accepte de se joindre à la milice des Frères chasseurs pour combattre aux côtés des patriotes.
Pour découvrir la suite de l’histoire et savoir où est passé Célestin, il vous faudra lire ce roman, fort bien écrit et documenté : l’auteur a parfaitement réussi à intégrer les faits historiques et la vie quotidienne des habitants de Napierville et de ses environs.
En plus de nous rendre attachant Célestin et les siens, ce qui me plaît énormément de la plume d’Alain Poissant, c’est qu’il a toujours le mot juste pour nommer les choses. Il utilise également certaines expressions du terroir que je n’avais plus entendues depuis fort longtemps : « bougrine », « dégréyer », « jarnigoine », « déguédiner », « chienner tout seul dans son coin », « petits snoreaux » et combien d’autres.
Ce livre intéressera un vaste public, mais devrait également être mis entre les mains de tous les étudiants du Québec !

Le samedi 21 mars, à Radio VM (91,3 FM), dans le cadre de l’émission Entracte, je reçois le comédien, auteur et metteur en scène Mani Soleymanlou qui a coécrit, avec Mathieu Gosselin, la pièce Ils étaient quatre, présentée à La Licorne jusqu’au 3 avril 2015.

Première diffusion : le samedi de 12h30 à 13h, en reprise le jeudi suivant, de 17h à 17h30.

Je vous rappelle qu’il est aussi possible d’écouter Entracte en direct à partir du site web de Radio VM

Samedi dernier, je recevais Lisette Girouard, guide-bénévole au MBA de Montréal, venue nous parler de l’exposition La Mort Patriote. Affiches de propagande de la Première Guerre mondiale, présentée au Musée des beaux-arts de Montréal jusqu’au 29 mars 2015.

ENTRACTE M Poggi - 2014 12 13 L Girouard

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*