25 sept 2014

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Tout le monde ou presque connaît Amélie Nothomb. Écrivaine belge et fille d’ambassadeur qui, depuis 23 ans, nous donne à lire un livre par année. De ce nombre, tout ne peut être d’égale teneur, vous en conviendrez. Avec son dernier opus, Pétronille (Albin Michel, 2014), l’auteure renoue avec des bulles pétillantes. Jouissif !
Mais qui avait déjà entendu parler de Pétronille Fanto ? Derrière ce nom on devine la romancière française Stéphanie Hochet, née le 20 mars 1975 à Paris, fille de parents communistes et prolétaires. Pétronille deviendra la « convigne » de beuverie d’Amélie – mot inventée par l’auteure car, précise-t-elle, « on ne peut employer le mot « compagnon » qui a pour étymologie le partage du pain » –.
Amélie et Pétronille se sont rencontrées lors d’une séance de signature, fin octobre 1997, à la minuscule libraire L’Astrée, située dans le XVIIe arrondissement. Elles ne se sont revues qu’en 2001, alors que Pétronille, alors âgée de 26 ans, publiait son 1er roman sous le titre Vinaigre de miel (probable transposition de Moutarde douce de Stéphanie Hochet). À partir de là, elles feront un bout de chemin ensemble, dont une virée assez épique à Londres et une autre dans une station alpine – scène mémorable qui, par contre, ne me donne pas du tout l’envie de skier avec Amélie Nothomb, à mon avis, un danger public –.
La première partie du roman est assez fidèle à la réalité, tandis que la deuxième nous amène dans la pure fiction, où l’imagination débordante d’Amélie Nothomb est, encore une fois, au rendez-vous. J’ai rigolé de bon cœur à plusieurs reprises.
Amélie Nothomb m’a donné le goût d’aller jeter un œil du côté de l’œuvre de Stéphanie Hochet, écrivaine dont je n’ai encore rien lu.
Il n’en tient qu’à vous, maintenant, de décider si ce Pétronille est de la teneur d’un Dom Pérignon ou d’un champagne de moindre qualité !

Le samedi 27 septembre, à Radio VM (91,3 FM), dans le cadre de l’émission Entracte, je reçois John Zeppetelli, directeur général et conservateur en chef du Musée d’art contemporain (MAC), qui vient nous parler, entre autres, du compositeur de musique électronique et artiste visuel japonais Ryoji Ikeda et de l’édition 2014 de la Biennale de Montréal.

Première diffusion : le samedi de 12h30 à 13h, en reprise le jeudi suivant, de 17h à 17h30.

Je vous rappelle qu’il est aussi possible d’écouter l’émission en direct à partir du site web de Radio VM

Samedi dernier, je recevais la metteure en scène Luce Pelletier venue nous parler de la pièce Le Vertige, d’après la première partie du journal d’Evguénia S. Guinzbourg, présentée à l’Espace Go jusqu’au 4 octobre 2014.

ENTRACTE M Poggi - 2014 09 20 Luce Pelletier

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,

Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*