29 mai 2014

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Erri De Luca signe avec Le Tort du soldat/Il torto del soldato (Gallimard, 2012, 2014) un récit exceptionnel. À peine terminé sa lecture, j’ai repris le livre pour en savourer chaque phrase. Pas une de trop. Jusqu’à maintenant c’est mon gros, gros coup de cœur de l’année 2014.
En première partie, l’auteur donne la parole à un narrateur italien – qui ressemble par plusieurs points à Erri De Luca –, qui pratique l’escalade en plus de traduire du yiddish. En deuxième partie, c’est une femme qui décide d’écrire son histoire « pour ceux qui pourront la comprendre mieux que moi ». Née en 1967, elle a aujourd’hui vingt ans. Elle vient d’apprendre de la bouche de sa mère que sa vie n’est qu’un énorme mensonge.
Nous sommes dans une auberge des Dolomites, début juillet. À une table, cet Italien, et à la table voisine, cette femme et son père viennois, facteur à la retraite.
Pour ne pas gâcher votre plaisir de lecture – surtout n’allez pas lire l’endos du livre qui donne trop de détails – je ne dirai rien de plus, sauf que ce récit, bien ficelé, est intelligent, sensible, prenant, intrigant et que la traduction de Danièle Valin est, encore une fois, à la hauteur du talent d’Erri De Luca.
À quoi fait référence ce fameux « tort du soldat » du titre ? Vous devrez attendre à la page 47 pour le savoir.
Il y a, dans ce bref récit de 89 pages, beaucoup de pistes de réflexion. Qu’est-ce qui arrive quand, au point de départ, une simple curiosité vire à l’obsession ? Est-ce que les coïncidences sont des hasards ? Il y est question également de la relation père-fille ; de la kabbale juive ; de la traduction de certains ouvrages en yiddish ; du mensonge ; de la guerre et de combien d’autres choses encore.
On y mentionne plusieurs auteurs : Éléazar de Worms, Abraham Aboulafia, Moïse Cordovero, Yitskhok Katzenelson, Avrom Sutzkever. Vous connaissez ? Moi pas… Par contre, De Luca parle aussi d’Israel Joshua Singer, de son frère, Isaac Bashevis Singer et d’Isaac Babel, qu’il considère comme le meilleur écrivain russe du XXe siècle.
En terminant, je pense que c’est le genre de récit qui plairait à Patrick Modiano. Et si vous décidez comme moi d’en faire un coup de cœur irrésistible, de grâce, retenez-vous pour ne pas trop en dévoiler…
De mon côté, ne me cherchez pas, je suis en train de lire des auteurs proposés par Erri De Luca !

Le samedi 31 mai, à Radio Ville-Marie (91,3 FM), dans le cadre de l’émission Entracte, je reçois la chargée de projet, Élisabeth Monast Moreau, qui vient nous parler de l’exposition Marco Polo – Le Fabuleux voyage, présentée au Musée Pointe-à-Callière jusqu’au 26 octobre 2014.

Première diffusion : le samedi de 12h30 à 13h, en reprise le soir même à minuit.
Le jeudi suivant, de 17h à 17h30.

Vous pouvez aussi réécouter en tout temps l’émission Entracte en vous rendant à mon billet de la semaine sur le site Web des Irrésistibles.

Samedi dernier, je recevais Stéphane Aquin, conservateur de l’art contemporain au Musée des beaux-arts de Montréal (MBA) et co-commissaire avec John Zeppetelli, directeur et conservateur en chef du Musée d’art contemporain (MAC), de l’exposition 1 + 1 = 1. Quand les collections du Musée des beaux-arts et du Musée d’art contemporain de Montréal conversent, présentée au MBA jusqu’au 15 juin 2014.

ENTRACTE M Poggi - 2014 03 08 S Aquin

Je vous souhaite une très belle fin de semaine et bonnes lectures,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*