20 mar 2014

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Comment vous parler de manière assez convaincante d’Un homme, ça ne pleure pas (Fayard, 2014) de Faïza Guène pour vous donner le goût, toute affaire cessante, de le lire ? Dès les premières lignes, le ton m’a plu. Je n’ai plus fait la vaisselle, le ménage, le lavage, les courses, tant que je ne suis pas arrivée à la dernière page du roman.
Savoureux (il y a longtemps que je n’avais pas autant souri en lisant un livre), bien écrit et irrésistibles par certaines répliques. Faïza Guène a le sens de la formulation et la répartie facile. Savoureux, je vous dis.
L’action se situe principalement entre Nice, Paris et Montreuil, en Seine-Saint-Denis. Sur une période de dix ans, entre 2001 et 2011, nous suivons les Chennoun, une famille algérienne, tout ce qu’il y a de plus typique.
Abdelkader, analphabète, Arabe, musulman, celui que l’on appelle « le padre », a passé 35 ans « à clouer des semelles » pour payer l’éducation de ses trois enfants : Dounia, avocate et militante très active, est la rebelle qui veut s’affranchir des traditions ancestrales ; Mina, qui est tout le contraire de sa sœur aînée, est aide-soignante en gériatrie et mère de famille et Mourad, le narrateur, est professeur stagiaire en région. Et que dire de cette mère algérienne qui surprotège ses enfants, qui a le don de les culpabiliser, tout en les aimant à la folie ?
Bien sûr, plusieurs autres personnages viendront se greffer à cette famille, mais je vous laisse les découvrir. En terminant, un exemple du style de Faïza Guène : « Je suis reparti de zéro après tout ça. Si on pouvait repartir de moins que zéro, c’est de là que je serais reparti [...] L’ennui, c’est que personne ne repart jamais de zéro. Pas même les Arabes, qui l’ont pourtant inventé », page 124.

Le samedi 22 mars, à Radio Ville-Marie (91,3 FM), dans le cadre de l’émission Entracte, je reçois la comédienne Lorraine Côté qui vient nous parler de la pièce de Michel Tremblay, Albertine, en cinq temps, présentée au Théâtre du Nouveau Monde jusqu’au 10 avril 2014.

Première diffusion : le samedi de 12h30 à 13h, en reprise le soir même à minuit.
Le jeudi suivant, de 17h à 17h30.

Vous pouvez aussi réécouter en tout temps l’émission Entracte en vous rendant à mon billet de la semaine sur le site Web des Irrésistibles.

Samedi dernier, je recevais le co-fondateur de la maison d’édition La Pastèque, Frédéric Gauthier, venu nous parler de l’exposition La BD s’expose au Musée – 15 artistes de La Pastèque inspirés par la collection, présentée gratuitement au Musée des beaux-arts de Montréal jusqu’au 30 mars 2014.

ENTRACTE M Poggi - 2014 03 15 F Gauthier

Je vous souhaite une très belle fin de semaine et bonnes lectures,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*