30 jan 2014

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Très belle découverte du côté du Musée des beaux-arts de Montréal qui présente, en partenariat avec les National Galleries of Scotland d’Édimbourg, l’exposition Peter Doig. Nulle terre étrangère, sous le commissariat de Stéphane Aquin.
Né en 1959 en Écosse, Peter Doig a vécu plusieurs années au Québec avant de s’installer à Londres en 1979 pour parfaire ses études en art. Depuis 2002, il vit à Trinidad avec sa femme et ses enfants.
J’aime suivre le processus de création d’un artiste. Cette exposition le permet puisque l’on peut, à plusieurs reprises, voir une œuvre préparatoire de Doig qui côtoie une toile aboutie. Fascinant comme exercice. Même motif donc, mais parfois ce sont les couleurs qui ne sont pas les mêmes (beaucoup de teintes vives, telles l’orange, le vert, le bleu), ou un petit détail qui varie… À d’autres moments, on le sent admiratif de certains artistes comme Matisse, Edward Hopper, Gauguin, Munch et quelques peintres canadiens dont James Wilson Morrice et Tom Thomson et l’on soupçonne parfois l’influence de ceux-ci sur sa production.
Précisons que depuis 2003, Peter Doig et un autre artiste trinidadien projettent, une fois par semaine, des films dans l’édifice de leur atelier. C’est pourquoi la dernière salle de l’exposition propose une quarantaine d’affiches de cinéma peintes à l’huile sur papier que Doig réalise à partir de films aussi populaires que Jules et Jim, Belle de jour, Some Like it Hot, Pierrot le fou, Elephant, Bowling for Columbine, etc.
Peter Doig est l’un des artistes vivants dont les toiles se vendent le plus cher. Donc, à défaut de pouvoir nous acheter une de ses œuvres, rabattons-nous sur le magnifique catalogue que propose le MBA de Montréal.
Vous avez jusqu’au 4 mai 2014 pour faire le plein de couleur… Ne tardez pas, c’est le seul lieu en Amérique du Nord où vous pourrez voir l’exposition !

Le samedi 1er février, à Radio Ville-Marie (91,3 FM), dans le cadre de l’émission Entracte, je reçois l’auteur et metteur Denis Lavalou qui vient nous parler de sa pièce Le Souffleur de verre, présentée à l’Espace Libre jusqu’au 1er février 2014.

Première diffusion : le samedi de 12h30 à 13h, en reprise le soir même à minuit.
Le jeudi suivant, de 17h à 17h30.

Vous pouvez aussi réécouter en tout temps l’émission Entracte en vous rendant à mon billet de la semaine sur le site web des Irrésistibles.
Samedi dernier, je recevais le comédien Gabriel Arcand, venu nous parler de la pièce Moi, Feuerbach de Tankred Dorst, présentée au Théâtre Prospero jusqu’au 8 février 2014.

ENTRACTE M Poggi - 2014 01 25 Gabriel Arcand

Je vous souhaite une très belle fin de semaine et bonnes lectures,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter