31 mai 2013

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Le titre du récit de Gilles Archambault Qui de nous deux ? (Éditions Boréal, 2011) − qui fait référence à une chanson de Marc Ogeret − est l’un des plus beaux livres que j’ai lus ces derniers mois et peut-être, la plus grande œuvre de l’auteur.
Écrit sous forme de journal, daté du 7 janvier 2011 au 10 mai de la même année, ce récit nous relate les dernières semaines de la vie de Lise, la femme de Gilles Archambault. Malgré la douleur quotidienne de l’auteur, sa souffrance, sa tristesse et sa solitude, se dégage de ce livre un hymne à l’amour pour celle qui fut, durant 52 ans, son épouse. Gilles Archambault, qui avait 77 ans au moment du décès de sa femme, dit : « La vie ne m’enthousiasme plus, mais je ne veux pas mourir. » Le vide qu’a créé le départ de Lise est incommensurable ; cet homme est désemparé, il n’a plus de raisons de vivre.
Durant 119 pages, nous côtoyons ainsi l’univers de ce couple à travers leurs souvenirs, tels les moments qu’ils passaient ensemble à marcher, à échanger sur un sujet puis sur un autre, à aller au restaurant, en voyages, etc.
Gilles Archambault ne s’apitoie pas sur son sort, même si, depuis le départ de sa femme, il a perdu ses points de repères. Il nous parle des vraies choses de la vie, dans un style simple, limpide, sincère, senti. En plus d’être un témoignage à la femme aimée, cet opus respire l’amour, le désir de l’autre, l’admiration qu’ils se vouaient. Gilles Archambault n’est pas croyant, mais aujourd’hui, il souhaiterait quand même pouvoir retrouver « sa » Lise. Inoubliable, je vous dis !
Petite suggestion : achetez ce livre, car vous voudrez en souligner des lignes entières.

Le samedi 1er juin à Radio Ville-Marie (91,3 FM), dans le cadre de l’émission Entracte, je reçois le chargé de projet, David Ledoyen, qui vient nous parler de l’exposition Les Beatles à Montréal, présentée au musée Pointe-à-Callière, pavillon de la Maison des marins, jusqu’au 30 mars 2014.

Première diffusion : le samedi de 12h30 à 13h, en reprise le soir même à minuit.
Le jeudi suivant, de 17h à 17h30.

Vous pouvez aussi réécouter en tout temps l’émission Entracte en vous rendant à mon billet de la semaine sur le site web des Irrésistibles.
Samedi dernier, je recevais Michel Tremblay, venu nous parler du Chant de Sainte Carmen de la Main, d’après sa pièce Sainte Carmen de la Main, présenté au TNM jusqu’au 22 juin 2013, ainsi que de l’encan-bénéfice d’aquarelles auquel il participe au profit de La Maison Marguerite de Montréal, le lundi 3 juin, au salon Urbain de la Place des Arts, entrée par la rue Saint-Urbain.

ENTRACTE M Poggi - 2013 05 25 M Tremblay.mp3

Je vous souhaite une très belle fin de semaine et bonnes lectures,


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter