26 avr 2013

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

C’est lundi le 22 avril 2013 qu’a eu lieu le débat des livres pour la remise du 5e Prix du Club des Irrésistibles.
Le grand gagnant pour cette édition : Le Poids du papillon d’Erri De Luca (Gallimard, 2009, 2011). Le résultat concernant les autres titres apparaît sur le site web des Irrésistibles.

Un grand merci aux 84 membres du jury qui ont lu les cinq livres le plus souvent mentionnés au cours de l’année 2012, ainsi qu’à toutes celles et ceux qui sont venus assister au débat irrésistible… et bien sûr, un remerciement tout particulier à la bibliothèque Robert-Bourassa et à son personnel, qui nous accueillent si gentiment depuis cinq ans.

Encore une fois, les échanges ont été musclés, ponctués de quelques rires bien sentis et le débat, à la hauteur de votre passion. Que rajouter, sinon de nous donner rendez-vous l’an prochain.

J’ai peu lu l’œuvre de Didier van Cauwelaert. Je gardais un bon souvenir de son roman Un aller simple qui avait gagné, en 1994, le prix Goncourt. Quand j’ai vu l’auteur parler de son dernier livre à La Grande Libraire, j’ai eu envie de replonger.
Cette fois, Didier van Cauwelaert nous propose, avec La Femme de nos vies (Éditions Albin Michel, 2013), un parcours en 294 pages, tout à fait hors de l’ordinaire. Je ne vous donne que la prémisse de départ : Hôpital d’Hadamar, 1941. David Rosfeld, un jeune surdoué de 14 ans va décider, le 13 janvier 1941, d’échanger son identité avec celle du narrateur, Jürgen Bolt. Une soixantaine d’années plus tard, Jürgen raconte son histoire à Marianne Le Bret, avocate au barreau de Morlaix. Tout séparait Jürgen et David : ils ne venaient pas du même milieu, l’un était Juif, l’autre pas, l’un était d’une intelligence supérieure, l’autre, un paysan illettré, etc. -, mais David avait décidé, pour des raisons très précises, de sceller un pacte avec ce jeune fermier du même âge que lui.
Volontairement, je ne vous dis rien sur la femme du titre, Ilsa Schaffner, officier des services scientifiques de la Wehrmacht, puisqu’elle y joue un rôle capital.
À part quelques longueurs et certains dialogues un peu plus faibles, c’est le genre de livre qu’on ne peut laisser qu’une fois la dernière page lue. Vous m’en donnerez des nouvelles !

Le samedi 27 avril à Radio Ville-Marie (91,3 FM), dans le cadre de l’émission Entracte, je reçois la comédienne, Sylvie Drapeau, qui vient nous parler de la pièce Survivre d’Olivier Kemeid écrite avec la collaboration d’Éric Jean, présentée au Théâtre de Quat’Sous jusqu’au 18 mai 2013.

Première diffusion : le samedi de 12h30 à 13h, en reprise le soir même à minuit.
Le jeudi suivant, de 17h à 17h30.

Vous pouvez aussi réécouter en tout temps l’émission Entracte en vous rendant à mon billet de la semaine sur le site web des Irrésistibles.
Samedi dernier, je recevais la co-directrice générale et directrice artistique du Festival TransAmériques, Marie-Hélène Falcon, venue nous parler, dans ce premier volet, des spectacles de danse présentés au FTA du 22 mai au 8 juin 2013.

ENTRACTE M Poggi - 2013 04 20 MA Falcon

Je vous souhaite une très belle fin de semaine et de belles découvertes !


Marie-Anne



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter