30 nov 2017

L’Amie prodigieuse. 3, Celle qui fuit et celle qui reste

Ferrante, Elena

Celle qui fuit et celle qui reste

J’avais été subjugué par les deux premiers tomes de cette tétralogie. Du premier je disais : « Ferrante ? Une écriture nerveuse, urbaine, jeune et rafraîchissante. » Du second : « Ferrante nous plonge dans le quotidien très difficile, très dur des habitants de Naples qui cherchent par tous les moyens de se sortir de la pauvreté tout en conservant leur dignité. »

Que dire de celui-ci ? Tout simplement qu’après 1500 pages, j’attends avec impatience la suite et la fin de cette saga urbaine (L’Enfant perdue) dans laquelle non seulement les deux femmes ne semblent être qu’une seule et même personne, mais aussi, il ne serait pas étonnant qu’elles soient liées à l’auteure dans une sorte de roman autobiographique.

Dans ce troisième opus, Ferrante poursuit l’histoire fascinante de Lila et de Lenù, les deux amies inséparables qui passent leur temps… à se séparer, à s’engueuler, à se dire leurs quatre vérités, à s’admirer l’une l’autre, en fait. Elles sont dans la trentaine, mariées, avec des enfants. Elles vivent une vie différente de leur enfance et de leur adolescence, mais leurs racines ne sont jamais très loin.

Une analyse méticuleuse de l’Italie où s’affrontent fascistes et communistes durant la seconde moitié du XXe siècle. Un chef-d’oeuvre. Rien de moins !

Titre original : Storia di chi fugge e di chi resta

Membre : Saint-Jean-sur-Richelieu

Ferrante, Elena. L’Amie prodigieuse. 3, Celle qui fuit et celle qui reste, Éditions Gallimard, 2013, 2017, 480 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*