25 fév 2016

La Vieille

Simenon, Georges

la vieil simeno

Dans ce court roman, fort bien écrit, Simenon nous plonge dans le monde du spectacle des années ’50 à Paris, mais en nous faisant entrer par la porte d’en arrière, dans un petit appartement où vivent deux actrices de cabaret dont l’une se voit envahie par sa grand-mère. Elle a 80 ans, mais elle en mène plus large que l’on ne croit.
Au risque de me répéter, Simenon nous décrit, encore une fois, la vie des gens ordinaires, mais avec une plume qui va droit au but : celui de nous émouvoir.
Babelio : « Le commissaire de police Charon vient solliciter l’aide de Sophie Emel, dont la grand-mère, qu’elle a perdue de vue depuis longtemps, refuse farouchement de quitter l’immeuble qu’elle habite et qui est voué à la démolition. Elle menace, si on l’y contraint, de se jeter par la fenêtre. La grand-mère accepte finalement de « faire son coin » chez sa petite-fille. Sophie, vedette très connue, mène une vie quelque peu bohème. »

Membre : Saint-Jean-sur-Richelieu

Simenon, Georges. La Vieille, Éditions Presses de la Cité, 1959, 103 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*