11 déc 2014

La Vie mentie

Del Castillo, Michel

La Vie mentie

Ce roman traite de sujets graves. Nous y suivons Salvador, un homme qui réussit à Paris dans son travail de faiseur d’images : dans une grosse entreprise de communication, il conseille les hommes d’affaires qui ont besoin de revamper leur image. Sa vie personnelle n’est pas simple : en apparence, il a tout pour être heureux, mais un malaise profond, existentiel, l’habite. Michel del Castillo construit l’exploration de ce malaise à partir de l’histoire familiale de Salvador, intiment liée à celle de l’Espagne des années trente, période où se sont affrontés phalangistes, républicains et anarchistes, et période où le ciel intellectuel du pays était dominé par le philosophe Miguel de Unamuno, à la fois proscrit et vénéré. Une des qualités pour moi de ce roman, c’est qu’il constitue, sans trop de didactisme, une excellente initiation à l’œuvre du philosophe espagnol et qu’il donne le goût de le lire.
Gravitent autour de Salvador des personnages attachants : la grand-mère Véra, personnage capital, intellectuelle sensible et réservée, les frères Bernottins, hommes d’affaires d’une autre époque, Faby, l’épouse légère de Salvador et Gozalo, son père retrouvé et redécouvert.
J’ai aimé ce roman de pensées, de sensibilité et de sentiments.

Membre : Web

Del Castillo, Michel. La Vie mentie, Éditions Fayard, 2007, 365 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*