16 août 2018

La première chose qu’on regarde

Delacourt, Grégoire

La premiere chose qu'on regarde Delacourt

Jeanine Foucamprez, une jeune fille toute simple des Hauts-de-France, sosie d’une actrice d’Hollywood forte de poitrine – ce qui ne laisse pas les hommes indifférents – voudrait être aimée pour elle-même d’un jeune garagiste, Arthur Dreyfuss, mais la tâche est tout sauf évidente. L’apparence du corps, l’identité et l’amour sont les principaux thèmes de ce livre.

Lectrice, lecteur pour qui le cinéma américain n’est pas la « tasse de thé » – comme moi – s’abstenir. L’auteur réfère continuellement au cinéma (américain presque uniquement), à quelques anciennes chansons françaises, et à un livre de poèmes (toujours le même) d’un certain Jean Follain, 1947, que le garagiste a trouvé dans une voiture accidentée.

Autant j’avais aimé La Liste de mes envies (2012) du même auteur, autant La première chose qu’on regarde m’a déçue, en dépit de l’humour et des jeux de mots de la première partie, la seconde ne s’y prêtant pas.

Membre : Outremont

Delacourt, Grégoire. La première chose qu’on regarde, Éditions Jean-Claude Lattès, 2013, 263 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*