07 mar 2019

La Neuvième Heure

McDermott, Alice

La Neuvieme Heure

Je n’aurais jamais pensé être fasciné par une histoire de bonnes sœurs.

Souci du détail historique, notamment dans la description des conditions de vie des Irlandais à Brooklyn au début du XXe siècle : maladies, violence familiale, pauvreté, suicide, insalubrité des logis, p’tite vie. Panser ces plaies, tant bien que mal, la cause des Petites Sœurs soignantes des Pauvres Malades pour se rapprocher de Dieu.

Roman d’amitiés, d’amours interdits. Dilemmes moraux décrits avec finesse. Une large place est laissée au lecteur pour décoder cette histoire. La force du récit réside en bonne partie dans le non-dit et dans les interstices du texte. Un grand roman.

Voici ce qu’on peut lire en quatrième de couverture : « Jim agite doucement la main en refermant la porte derrière sa femme Annie qu’il a envoyée faire des courses. Il enroule alors soigneusement son pardessus dans le sens de la longueur et le pose au pied de cette même porte. À son retour, c’est un miracle si Annie ne fait pas sauter la maison entière en craquant une allumette dans l’appartement rempli de gaz. Les chevilles enflées après une journée à faire l’aumône, soeur Saint-Sauveur prend la relève des pompiers auprès de la jeune femme enceinte et des voisins sinistrés de ce petit immeuble de Brooklyn.

« La nouvelle du suicide étant déjà parue dans le journal, elle échouera à faire enterrer Jim dans le cimetière catholique, mais c’est très vite toute la congrégation qui se mobilise : on trouve un emploi pour Annie à la blanchisserie du couvent où sa fille Sally grandit sous l’oeil bienveillant de soeur Illuminata, tandis que soeur Jeanne lui enseigne sa vision optimiste de la foi. Et quand cette enfant de couvent croira avoir la vocation, c’est l’austère soeur Lucy qui la mettra à l’épreuve en l’emmenant dans sa tournée au chevet des malades.

« “Si j’étais Dieu, avait coutume de dire soeur Saint-Sauveur, je ferais les choses autrement.” À défaut de l’être, les Petites Soeurs soignantes des Pauvres Malades, chacune avec son histoire et ses secrets, sont l’âme d’un quartier qui est le véritable protagoniste du roman d’Alice McDermott. »

Prix Femina étranger 2018.

Titre original : The Ninth Hour

Membre : J. de Rosemont

McDermott, Alice. La Neuvième Heure, Éditions Quai Voltaire, 2017, 2018, 288 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*