25 déc 2009

La Mort d’Ivan Ilitch

Tolstoï, Léon

Mort-Ivan-Ilitch
Mais que lit Stephen Harper?, ou, s’il suit les conseils de Yann Martel, « Le chemin de croix de Stephen Harper ». Car s’il est vraiment inculte sur le plan de la littérature, il va souffrir le martyr s’il accepte de suivre les préceptes de cet hurluberlu de la culture haut de gamme, sinon par les titres proposés, du moins par les lettres qui les accompagnent. Quelle finesse de sa part.
Mais j’avoue humblement qu’en survolant la liste de Martel, j’ai lu quelques-uns des auteurs suggérés, mais presque aucune des oeuvres citées… alors je vais m’y mettre aussi. Quelle découverte !

Première station : Harper frappe son Waterloo (ou peut-être son chemin de Damas) au milieu de la Russie aride avec « La mort d’Ivan Illitch » de Léon Tolstoï (Livre de poche, 1886).
Quel roman ! Un peu plus d’une centaine de pages qui se lisent d’un trait. Cet homme à l’agonie m’a bouleversé, tellement chacun de nous (moi du moins) peut s’y identifier. Les questions sur le sens de la vie, de sa vie, qui viennent le tourmenter dans ses derniers jours, ses dernières heures… jusqu’à son dernier souffle, nous hantent longtemps après avoir fermé le livre.

Deuxième station : « La ferme des animaux/Animal Farm » de George Orwell (Gallimard, 1945).
Je ne regrette pas de l’avoir lu en ayant en tête le contexte de l’époque. Mais disons qu’après les deux premiers chapitres, il n’y a plus tellement de surprise pour un lecteur de 2010.

Prochaine station : « Le meurtre de Roger Ackroyd/The Murder of Roger Ackroyd » d’Agatha Christie (Hachette, 1916). Je vous en reparle un peu plus tard.

http://www.quelitstephenharper.ca


16 octobre 2009

Ivan Ilitch est un fonctionnaire qui aime son travail, lequel il fait consciencieusement. Ivan est marié, mais l’harmonie avec son épouse est de courte durée. Sa vie personnelle et son travail sont axés sur des conventions. Aussi, Ivan a des ambitions sociales et monétaires. Dans ce récit, Tolstoï traite de la vieillesse et de la mort avec sensibilité; il décortique les émotions avec le souci du détail. À travers Ivan Ilitch, Tolstoï montre le côté sombre de la vieillesse et décrit la libération ressentie à l’approche de la mort. J’ai été impressionnée par la valeur littéraire de cette œuvre.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Membre : Montréal

Tolstoï, Léon. La Mort d’Ivan Ilitch, Livre de poche, 1886.

Catégorie : Classiques

Consulter la disponibilité de ce document dans nos bibliothèques.

Pour laisser un commentaire

*