30 juin 2016

La Mort de Belle

Simenon, Georges

la mort de simenon

Je ne me lasse pas de cet auteur. J’y reviens chaque fois que je termine le livre d’un autre romancier que j’ai plus ou moins aimé. Simenon a toujours le don de me fasciner par ses histoires qui, en apparence, ne mènent nulle part. C’est court, mais tout y est.
Babelio : « L’existence de Spencer Ashby, paisible professeur dans une bourgade de la région new-yorkaise, s’écroule un beau matin lorsqu’on découvre chez lui le cadavre de Belle, la fille d’une amie de sa femme, leur invitée pour quelque temps. Il est le principal suspect… Cet homme naïf, timide, quelque peu complexé, va connaître l’humiliation des interrogatoires policiers, l’ostracisme de ses collègues et l’hostilité de la petite ville. [Mais] aucune charge n’est retenue contre lui. C’est à ce moment-là pourtant que sa vie va basculer dans la tragédie. »

Aussi dans Tout Simenon 6 (Éditions Omnibus, 2002), 862 pages.

Membre : Saint-Jean-sur-Richelieu

Simenon, Georges. La Mort de Belle, Éditions Presses de la Cité, 1952, 101 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*